Affaire des assistants du FN au Parlement européen: le siège du parti perquisitionné



Affaire des assistants du FN au Parlement européen: le siège du parti perquisitionné
Encore une. Déjà perquisitionné en novembre 2015 dans le cadre d’une plainte du fisc pour fraude fiscale aggravée, Jean-Marie Le Pen a vu ses bureaux de la villa de Montretout, sur les hauteurs de Saint-Cloud (Hauts-de-Seine), à nouveau visités par la police, mardi 16 février.

Cette fois, la perquisition a été menée dans le cadre de l’enquête ouverte par la justice sur les assistants parlementaires des députés européens du Front national (FN). Le statut de vingt-neuf d’entre eux, travaillant pour vingt-trois parlementaires, est visé par les enquêteurs : ils sont soupçonnés d’œuvrer au bénéfice exclusif du FN en France, alors qu’ils sont rémunérés par l’institution européenne.
 
Enquête circonscrite
L’ancien président du FN, exclu du parti d’extrême droite par sa fille Marine Le Pen, s’est empressé de rapporter la nouvelle aux oreilles de la presse, pour mieux mettre en avant une supposée persécution judiciaire à son encontre. « C’est très personnel, il y a un concours d’infractions, a déclaré M. Le Pen au Monde. Le domicile de mon assistant personnel Gérald Gérin a lui aussi été visé. » Mais il n’est pas le seul.
 
Le siège du Front national, à Nanterre, a également fait l’objet d’une perquisition, mercredi. De source judiciaire, on apprend par ailleurs qu’une dizaine de perquisitions au total ont été menées dans la journée de mardi. Alerté par le Parlement européen, le parquet de Paris avait ordonné, en mars 2015, l’ouverture d’une enquête préliminaire visant le FN pour abus de confiance. L’Office européen de lutte antifraude, qui s’est saisi le premier de ces faits, avait répertorié vingt cas potentiellement litigieux de personnes présentes dans l’organigramme du Front national et salariés dans le même temps par l’entremise du Parlement.
L’enquête a d’abord été élargie par la justice française à une quarantaine de personnes, avant d’être circonscrite. Une grande partie des membres du cabinet de Jean-Marie Le Pen, mais aussi de celui de Marine Le Pen, travaillent comme assistants parlementaires, à Strasbourg ou en circonscription.

lemonde.fr

Mercredi 17 Février 2016 - 10:54



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter