Affaire des chantiers de Thiès-Bara Tall peut dormir tranquille : L’Etat se désiste

Suite mais fin de l’affaire dite des chantiers de Thiès qui avaient valu à Idrissa Seck, Bara Tall et Cie d’être envoyés en prison sous le régime de Wade. Le maire de Thiès et leader de Rewmi ayant bénéficié d’un non lieu depuis lors, Bara Tall, le patron de Jean Lefévre Sénégal (JLS) était suspendu à l’appel introduit par l’Etat sous Wade contre la relaxe du patron de JLS et ses coprévenus comme Massamba Sall, El Hadji Seyni Seck, Marwan Zakhem,…Eh bien, Bara Tall peut dormir tranquille.



Affaire des chantiers de Thiès-Bara Tall peut dormir tranquille : L’Etat se désiste
Après le départ de Wade, l’Etat sous Macky Sall a décidé de se désister. C’était hier à la Cour d’Appel. A la barre, l’Agent Judiciaire de l’Etat (AJE), Babacar BA a notifié à la Cour ce désistement : « J’ai une déclaration à faire. L’Etat du Sénégal se désiste de cette procédure », a-t-il dit. Et de poursuivre : « Ce qui relève des Chantiers de Thiès, ce sont des histoires. Nous, on accélère la cadence ». A ce stade, un des conseillers de l’Etat de lui réclamer une confirmation écrite, « demandez-moi ma lettre de constitution, si vous voulez », ironise l’AJE.  Le dossier a éclaté en 2004 et avait sonné le divorce entre Idrissa Seck et Me Abdoulaye Wade. L’ancien premier ministre dans le cadre du programme de réhabilitation de certaines localités, « spécial indépendance » dont Thiès avait bénéficié, avait été poursuivi pour faux, usage de faux, escroquerie portant sur les deniers publics portant sur une dizaine de milliards.


Le rapport de l’Inspection Générale d’Etat (IGE) relevait un dépassement budgétaire dans l’exécution des chantiers de Thiès. Ainsi, Bara Tall, Idrissa Seck et l’ancien ministre de l’Habitat, feu Salif BA, avaient été envoyés en prison. Le leader de Rewmi avait par la suite bénéficié d’un non lieu. Au moment où Bara Tall et Cie étaient jugés en audience correctionnelle, rappelle « Enquête » en 2011 où cinq (5) ans fermes avaient été requis contre eux. Ces derniers finalement libres, l’Etat de leur réclamer surtout le patron de JLS, à titre de réparation, 11 milliards de F CFA. Il peut dormir tranquille. 


Jeudi 10 Juillet 2014 - 13:38



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter