Affaire des écoles Yavuz Selim : Des religieux invitent l’Etat du Sénégal à revoir sa décision

Un collectif de fils de marabout, d’imams, de prêcheurs et guides religieux invite l’Etat à revenir sur sa décision de retirer la gestion du groupe scolaire Yavuz Selim à l’association turque qui assurait sa gestion depuis 1999. Du côté de l’équipe en place en parle de fermeture des établissements sur l’ensemble du territoire et non de changement de gestion comme le déclare le ministre de l'Education nationale.



Affaire des écoles Yavuz Selim : Des religieux invitent l’Etat du Sénégal à revoir sa décision
De l’avis de l’Imam Cheikh Tahir Fall à travers cet appel nous voulons simplement inviter le gouvernement à revoir sa décision prise et qui frappe les écoles Yavuz Selim. « Nous avons appris que l’Etat du Sénégal envisage de récupérer la gestion du groupe et de la confier à d’autres personnes et, nous en tant que musulmans et religieux de surcroît, nous estimons que cela n’est pas éthique’’ a dit, lundi, lors d’une conférence de presse. C’est pourquoi, nous demandons au chef de l’Etat de ne pas se fier aux allégations faisant croire que ces investisseurs turcs sont des terroristes. Il n’en est rien et nous sommes bien placés pour le dire » a déclaré Imam Cheikh Tahir Fall
 
Pour sa part, le prêcheur Oustaz Alioune Sall, membre du Conseil économique, Social et Environnemental (CESE) a relevé que les promoteurs du groupe Yavuz Salim sont des privés qui n’ont rien à voir avec l’Etat turc. Donc ils ne sont pas des officiels de l’Etat Turc et ne doivent pas être mêlés à quelques contingences que ce soit relevant de cet Etat Turc », a-t-il indiqué.
 
Selon lui, « l’Etat turc n’a pas implanté d’écoles de ce genre au Sénégal et ne peut, par conséquent, en aucune manière réclamer la fermeture de ces écoles du groupe Yavuz Selim qui appartiennent à des investisseurs privés ».
 
Pour Oustaz Alioune Sall, depuis plus de 20 ans le groupe est présent au Sénégal où est dispensé un enseignement de qualité en se basant sur le programme sénégalais et en respectant le protocole signé avec le ministère en charge de l’éducation pour ‘’construire un citoyen.
 
Serigne Cheikh Tidiane Sy, fils du porte-parole du Khalife général des Tidianes, parlant au nom de toute la communauté musulmane au Sénégal, demande à l’Etat du Sénégal de trouver les moyens adéquats pour que cette situation soit résolue.
 
Toutefois il tient à,préciser que les membres de ce collectif ne sont pas des agitateurs. Nous ne sommes pas des activistes, a-t-il dit, et nous allons adopter la stratégie de nos anciens pour travailler dans la diplomatie comme ils ont réussi l’Islam dans la diplomatie sans avoir à faire la guerre sainte militairement parlant. Ils ont mené une guerre des consciences qu’ils ont gagné.
 
Le petit fils de Mawdo de soutenir que « Nous sommes ici, c’est pour des principes et une démarche qui a été adoptée par tous les érudits qui ont fait de l’islam du Sénégal ce qu’il est devenu aujourd’hui’’ a-t-il encore relevé, citant Cheikh Ahmadou Bamba, Cheikh Abdoulahi Niass et Mame Bouh Kounta entre autres figures religieuses. Avant d’ajouter que ces figures ont pour démarche de se concerter sur la base de la religion, de mettre en place des structures pour l’instruction des élites et celles des masses ».
 
A l’en croire « C’est sur la base de ces principes que des personnes qui ont les mêmes ambitions sont venues s’implanter au Sénégal pour nous appuyer dans cette stratégie de démocratisation du savoir à travers des écoles où on apprend l’école de la vie, l’école coranique et l’école tout court » a confié le jeune marabout.

Le collectif tient à rappeler que le groupe Yavuz Selim dispose de 18 écoles aux USA, plus de 30 écoles en Allemagne, en France et en Belgique, ainsi que bien d’autres au Canada et ailleurs en Afrique.


Mercredi 25 Janvier 2017 - 08:31



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter