Affaire drogue à l’OCRTIS : blanchi, la réhabilitation du commissaire Abdoulaye Niang posée

Le scandale de drogue à l’Office Central de Répression du Trafic Illicite de Stupéfiants (OCRTIS) refait surface. L’affaire révélée en juillet dernier par le commissaire Cheikhouna Keïta contre le prédécesseur d’Anna Sémou Faye à la Direction Générale de la Police Nationale (DGPN), le commissaire Abdoulaye est fixé sur son sort. Le procureur qui a rendu son verdict, l’écarte totalement du trafic de drogue. Par conséquent, le problème de sa réhabilitation se pose. Me Khassimou Touré, avocat du commissaire Niang en appelle à la sagesse du président de la République, Macky Sall.



La boucle est quasiment bouclée dans le scandale de drogue qui avait éclaboussé la hiérarchie policière à savoir le commissaire Niang et Codé Mbengue, tous deux (2) anciens DGPN. Ils seraient mêlés de très près dans un trafic de drogue au niveau de l’OCRTIS. La bombe lâchée par l’ancien patron de l’office, Chiekhouna Keïta, ce dernier vient d’être désavoué par le procureur de la République.


Rendant son verdict, Serigne Bassirou Gueye innocente le prédécesseur d’Anna Sémou Faye. Il a demandé le non lieu partiel qui écarte totalement le commissaire Niang. Ce, après que la plainte contre X n’a pas conduit à ce dernier. En effet, dans son réquisitoire introductif, le parquet avait visé le Nigérian, Austin et X qui pouvait être selon les accusations du commissaire Keïta, le commissaire Niang. Or, l’enquête du juge du deuxième cabinet d’instruction n’a pas conduit à l’accusé. Ce, d’autant plus, livre le journal « l’as » que la Sonatel ayant été sollicitée afin de savoir s’il y a des échanges téléphoniques entre le commissaire Niang et le Nigérian, il s’avère qu’il n’y a jamais eu de contact du moins téléphonique entre les deux (2) hommes.
C’est ainsi qu’Austin se présentera seul devant la Cour d’assises. Me Khassimou Touré qui confirme l’information. « Mon client a été accusé d’avoir des rapports avec le Nigérian Austin qui lui fournissait de la drogue mais aujourd’hui l’enquête et le réquisitoire du Parquet prouvent à suffisance qu’il n’en est rien. Il s’agit là d’un cinglant désaveu contre le commissaire Cheikhouna Keïta. Par ailleurs, nous félicitons le juge d’instruction pour le travail remarquable qu’il a fait mais également le Parquet », plaide ce dernier qui interpelle le président Sall.


« Je crois que le président de la République devrait en tirer toutes les conséquences de droit. Par sagesse, il avait demandé au commissaire Niang d’organiser sa défense. Aujourd’hui il est blanchi. Nous demandons qu’il le réhabilite parce qu’il a trop souffert dans cette affaire ». 


Samedi 1 Mars 2014 - 10:31



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter