Affaire du site cinéma El Mansour: l’homme d’affaires Cheikh Tall Dioum réclame 5 milliards à Khalifa Sall

Entre l’homme d’affaires Cheikh Tall Dioum et le maire de Dakar Khalifa Sall, c’est une histoire de 5 milliards de nos francs que le premier réclame au second et homme politique. Le différend en question est le lieu du cinéma El Mansour acheté par Dioum à la Sadec en 2010 pour y ériger un centre commercial, alors que la mairie avait déjà acquis le terrain depuis 1996 sous l'ère du maire socialiste Mamadou Diop. Et les faits reprochés à la mairie de Dakar sont : voies de fait, violation de domicile, et abus d’autorité et complicité.



Affaire du site cinéma El Mansour: l’homme d’affaires Cheikh Tall Dioum réclame 5 milliards à Khalifa Sall
C’était chaud hier au Palais de justice de Dakar à la barre l’homme d’affaires Cheikh Tall Dioum et la mairie de Dakar. En effet le patron de la société immobilière Cheikh Oumar Dioum n’a pas digéré, le fait que la mairie de Dakar ait donné des instructions à la police municipale pour faire obstacle à l’expulsion des occupants du cinéma El Mansour qui est devenu sa propriété.

Une intervention qui, selon lui, a compromis son projet de construction d’un centre commercial dans le site abritant l’ex-cinéma à Grand-Dakar. Précisant qu’il a « acquis le terrain de façon légal, et j’ai un permis de construire ». Des déclarations dégagées en touche par le maire de Dakar Khalifa Sall qui a comparu hier en même temps que les nommés Pape Seck et Birahim Fall, tous jugés pour « voie de fait, violation de domicile et entrave à l’exécution d’une décision de justice», selon Libération.
 
Les conseils de Cheikh Tall Dioum ont réclamé ainsi cinq milliards de francs Cfa à Khalifa Sall pour réparation du préjudice subi. Mais la défense a plaidé la relaxe pure et simple de leurs clients. Me Aissata Tall Sall et ses camarades ont déclaré que de « Lamine Gueye à Pape Diop, c’est seulement le maire Khalifa Sall qui a comparu à la barre. Ajoutant que l’édile de la capitale n’est pas dans l’obscurantisme, Khalifa Sall appartient au monde du droit et de la légalité » a déclaré Me Aissata Tall Sall.

Un procès dans lequel, le substitut du procureur de la République ne s’est pas interféré dans les débats, préférant ainsi «requérir l’application de la loi». Le verdict du procès sera livré le 21 juillet prochain.
 

Khadim FALL

Vendredi 20 Mai 2016 - 09:40



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter