Affaire mort Alassane Badji à Rebeuss : le rapport d’autopsie sauve les gardes pénitentiaires




Les choses s’accélèrent dans l’affaire dite Alassane Badji, un détenu mort ce lundi à la Maison d’Arrêt et de Correction (MAC) de Rebeuss. L’autopsie a révélé ses résultats. Selon ledit rapport, il s’agit d’une mort par arrêt cardiaque musculaire. Soupçonnant pire, la famille du défunt charge les gardes pénitentiaires de la prison. Ce, d’autant plus rage le frère du défunt, Alphousseyni Badji que la famille a été écartée lors de l’autopsie.


«C’est quelque chose de très grave faire une autopsie sans la présence de la famille du défunt. Ils ont fait ça, à notre insu ». Alphousseyni Badji qui dit avoir contacté le service social de la prison, ce dernier service lui a signifié la sortie des résultats de l’autopsie faisant état d’un arrêt cardiaque. « Alassane n’a pas fait d’arrêt cardiaque. Je me suis renseigné et tous m’ont t’assuré qu’il se portait bien. Il n’était pas souffrant», se lamente-t-il.


Une accusation battue en brèche par l’administration pénitentiaire dont le chargé de communication, Saliou Ndiaye dégage toute responsabilité par rapport à l’absence de la famille lors de l’autopsie. Selon Saliou Ndiaye sur les ondes de la Rfm, « c’est le Procureur de la République qui a en charge l’autopsie et dans le cas précis d’Alassane Badji, l’administration pénitentiaire qui obéit aux règles, a respecté les textes, la procédure normalement faite. Mieux, un commissariat de police territorialement compétent a été averti comme il est spécifié quand il y a décès en milieu carcéral.


Pour l’heure, la famille Badji est autorisé à se présenter à l’hôpital Le Dantec ce mercredi pour le règlement des papiers d’inhumation de feu Alassane.


Mercredi 19 Février 2014 - 00:05



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter