Affaire neuf malades mentaux tués à Tambacounda: l'ASSAMM actionne Sidiki Kaba et le Procureur de la République



Lettre ouverte de l'ASSAMM (Association Sénégalaise pour le Suivi et l'Assistance aux Malades Mentaux). 

Monsieur le Ministre,
Monsieur le Procureur Général,
 
Au début de l’année 2014, la Région de Tambacounda a été le théâtre de séries d’assassinats sauvages, perpétrés par des malfaiteurs sur des malades mentaux errants, au nombre de neuf, exactement, sans que cette affaire aussi grave et rocambolesque, ayant défrayé la chronique pendant plusieurs semaines durant, ne puisse être, jusqu’ici, tirée au clair. Déjà, en tant que défenseurs des droits de ces concitoyens inconscients, ne jouissant pas de leurs facultés mentales, nous avions effectué à l’époque un déplacement dans cette partie orientale du pays, pour porter plainte contre X devant le Procureur de la République près du Tribunal Régional de Tambacounda, enregistrée sous le numéro 316 du 31 janvier 2014. En fait, cette dernière avait pour objectif d’exiger toute la lumière sur ces cas de massacres barbares afin que soient retrouvés, dans les meilleurs délais possibles, aussi bien les auteurs de ces crimes odieux que leurs commanditaires pour que force puisse rester à la loi.
 

Malheureusement, à notre grande surprise, nous avons comme l’impression que la Justice sénégalaise ne compte absolument rien faire, malgré l’ampleur des dégâts, pour montrer à la face du monde que notre pays demeure et reste un Etat de droit. En tout cas, plus de neufs mois après ces évènements inédits, nous avons véritablement le regret de constater en même temps que les honnêtes citoyens, que le dossier semble être rangé dans les tiroirs, ce que nous ne saurions jamais accepter, surtout sous le règne du président Macky SALL. En clair, même si c’est l’actuel régime qui était derrière ces tueries pour des raisons de sacrifices à but politique, vous devriez tous pouvoir, en toute sincérité, sévir correctement, ne serait-ce que pour la mémoire de ces pauvres disparus. Bien sûr que nous accusons également les nouvelles autorités et c’est la raison pour laquelle, justice devait être rendue au nom du peuple pour lever ainsi toute équivoque.

 
D’ailleurs, nous attendons toujours encore des réactions de votre part, étant donné que la Police et la Gendarmerie, en charge de l’enquête, pouvaient avoir des indices très précis sur ces actes inhumains, surtout à travers les grosses pierres montrées même à la Télévision nationale (RTS), utilisées par les criminels pour fracasser la tête d’un des malades mentaux errants. Faute de quoi, nous vous prierons, ici, de bien vouloir, tous les deux, rendre le tablier pour incompétence de la Justice puisque personne ne peut comprendre aujourd’hui, en ce 21e siècle, avec tous les énormes avantages des nouvelles technologies de l’information et de la communication, ajoutés aux moyens colossaux dont disposent nos forces de sécurité, que de telles actions soient commises dans une seule commune du Sénégal et que les auteurs soient encore en liberté.  
 

Vous en souhaitant bonne réception de cette présente lettre ouverte, veuillez agréer, Monsieur le Ministre, Monsieur le Procureur Général, l’expression de notre considération distinguée.

Ansoumana DIONE, Président de l’ASSAMM

Lundi 8 Septembre 2014 - 17:05



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter