Afrique: IDE - "L'Afrique subsaharienne ne capte que 3% de l'investissement mondial"



Afrique: IDE - "L'Afrique subsaharienne ne capte que 3% de l'investissement mondial"
A travers le thème : « l'attraction et le rôle des investissements directs étrangers (Ide dans l'émergence des pays d'Afrique », le représentant du Premier ministre, Adama Koné a rappelé que cette initiative cadre avec le programme du gouvernement, notamment le Plan national de développement (Pnd). Dans lequel le secteur privé, vu comme moteur de la croissance, est appelé à investir encore plus. Mieux, sa part dans le Pnd 2012-2015 (12000 milliards Fcfa) qui était estimé à 60% est passée à 62% dans le Pnd 2016-2020 (30.000 milliards Fcfa).

« La problématique des Investissements directs étrangers (Ide) est une grande préoccupation de nos Etats en ce sens que les Ide sont source de croissance économique, source de prospérité et de développement pour notre pays. Et selon un rapport 2015 de la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement, C'est à peine 3% des Ide que l'Afrique au sud du Sahara capte. Cette performance nécessite de nouvelles réflexions entre experts en investissements pour voir quelle politique et quelle stratégie mettent en œuvre », a indiqué le directeur général du Centre de promotion des investissements de Côte d'Ivoire (Cepici), Emmanuel Esmel Essis.Ce, lors de l'ouverture du forum régional de l'Association mondiale des agences de promotions des investissements (Waipa), ce lundi 20 juin, à Abidjan Port-Bouet.
 
Cette cérémonie qui a réuni le ministre auprès du Premier ministre chargé de l'Économie des Finances Adama Koné, le ministre de l'Intégration et des Ivoiriens de l'extérieur Ali Coulibaly, les directeurs des Agences de promotions des investissements (Api) de l'Afrique subsaharienne en compagnie de la municipalité et les institutions internationales (Fmi, Sfi, Onudi, Cedeao, Banque mondiale, etc), vise entre autres à promouvoir les opportunités d'investissements de l'Afrique subsaharienne auprès des opérateurs économiques, des partenaires au développement , des décideurs.

A travers le thème : « l'attraction et le rôle des investissements directs étrangers (Ide dans l'émergence des pays d'Afrique », le représentant du Premier ministre, Adama Koné a rappelé que cette initiative cadre avec le programme du gouvernement, notamment le Plan national de développement (Pnd). Dans lequel le secteur privé, vu comme moteur de la croissance, est appelé à investir encore plus. Mieux, sa part attendue dans le Pnd 2012-2015 (12000 milliards Fcfa) qui était estimé à 58% est passée à 62% pour le Pnd 2016-2020 (30.000 milliards Fcfa). Il a, en outre, insisté sur l'élaboration de nouvelles politiques plus attractif pour capter un flux important des Ide pour le développement.
 
Pour ce forum régional qui concerne 34 organismes issus de 24 pays, Emmanuel Esmel Essis, par ailleurs représentant de la région Afrique subsaharienne du Waipa, a signifié que L'Afrique est le continent qui regorge de plus de potentialité en termes d'investissement et de croissance. Mais elle est confrontée à plusieurs handicaps. « Les plaies sont nombreuses, il y a entre autres l'environnement des affaires, vous savez le privé ne s'accommode pas de bruits de bote, de désordre, de corruption ; nous en avons conscience. Mais, nous allons nous réunir pour sortir une feuille de route commune qui va permettre à chaque agence de lutter pour lever ces handicaps », a-t-il expliqué.

Au dire du président du Waipa, Ermut Arda, l'institution qu'il dirige, doit jouer un rôle de guichet unique pour les Api. A l'en croire, Il souhaite, par cette rencontre, asseoir une meilleure gestion des ressources et créer une plateforme de coopération. Et le rôle de conseil joué par les agences de promotion des investissements permettra d'arriver à une structure économique sociale adéquate.

 
 

Khadim FALL

Mercredi 22 Juin 2016 - 10:39



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter