Afrique du Sud: 11 mineurs sauvés

11 rescapés parmi les dizaines de mineurs piégés dans une mine d’or illégale de la banlieue de Johannesburg ont été secourus dimanche, un jour après leur chute sous les rochers.



Des secouristes sortant les premiers rescapés de la mine illégale de Benoni près de Johannesburg le 16 Février 2014
Des secouristes sortant les premiers rescapés de la mine illégale de Benoni près de Johannesburg le 16 Février 2014

"Nous en avons secouru onze jusqu'à présent, la plupart ne présentent pas de blessures apparentes mais ils font l'objet d'un examen médical", a déclaré Russel Meiring de l'organisation de secours d'urgence privée ER24.

Selon l’agence France presse, ces onze premiers orpailleurs sont sortis à l'aide d'une échelle descendue dans le puits par les secouristes.

Cette opération de sauvetage a pris plusieurs heures aux secouristes qui ont déployé des équipements lourds pour accéder aux victimes déclarées au nombre de 30 dans les premières communications et plus de 200 après de meilleurs sondages en profondeur.

"Nous sommes entrés en communication avec une trentaine de mineurs coincés. Ils nous ont dit qu'il y en avait 200 autres en dessous d'eux", a déclaré au début des opérations Werner Vermaak, porte-parole des services de secours.

Les responsables municipaux n'ont pu confirmer que le premier bilan de la trentaine de victimes coincées.

Les mineurs étaient descendus samedi dans la mine exploitée illégalement, creusée au quartier de Benoni, dans le district d'Ekurhuleni.

A la suite de la chute d’un bloc de rocher et de gravats obstruant l’issue du puits, les jeunes orpailleurs n'avaient pas pu ressortir de leur piège.

Les premiers approvisionnements en eau et en nourriture avaient été descendus dans le puits à l'aide d'une corde.

La police avait été alertée par un passant qui avait entendu des cris venant du sous-sol.

Elle a indiqué qu’aucune enquête n'a été ouverte mais les mineurs reçus après l’examen médical devraient être placés en état d'arrestation pour avoir opéré clandestinement.

Huit mineurs au moins ont été retrouvés morts il y a deux semaines après un incendie provoqué dans une mine d'or à l'ouest de Johannesburg.

En juillet 2009, neuf travailleurs avaient été tués par une chute de pierres dans une mine de platine. La même année, 82 personnes qui cherchaient de l'or dans un puits désaffecté avaient été tuées par un incendie.

La ministre des Mines Susan Shabangu, avait déploré jeudi dernier le nombre élevé de victimes dans les mines, y compris dans le secteur formel, où quatorze morts ont été enregistrés depuis le début de l'année.

"Un mort est un mort de trop", avait-elle déclaré.

Selon les estimations d'une commission d'enquête parrainée par le gouvernement, les accidents de mine ont fait 69.000 morts en Afrique du Sud au XXe siècle.

Le nombre d'accidents a chuté ces dernières années dans le secteur.

Les syndicats font état de 112 morts en 2012.

La production d'or a baissé progressivement au cours des quarante dernières années, l'Afrique du Sud passant du premier au sixième rang mondial avec plus de 167 tonnes extraites en 2012.

Le secteur minier sud-africain est par ailleurs agité depuis le 23 janvier par une grève pour augmentation de salaire qui mobilise quelque 80.000 mineurs employés par les trois premiers producteurs mondiaux de platine.

Source : BBC Afrique
 



Lundi 17 Février 2014 - 01:32



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter