Afrique du Sud : Jacob Zuma échappe à une nouvelle procédure de destitution

Le Parlement sud-africain a rejeté mardi la requête de destitution du président Jacob Zuma. Celle-ci avait été déposée par l'opposition alors qu'un avis de la Cour constitutionnelle, rendu fin mars, estimait que le chef de l'État n'avait pas respecté la Constitution en rénovant sa résidence privée avec des fonds publics.



Afrique du Sud : Jacob Zuma échappe à une nouvelle procédure de destitution
Jacob Zuma tient toujours. Malgré les scandales qui se multiplient, le chef de l’État ne tombe pas. Le 5 avril, le Parlement sud-africain, dominé par le Congrès national africain (ANC, au pouvoir), a rejeté par 233 voix contre 143 la procédure de destitution. Celle-ci nécessitait deux tiers des voix pour être adoptée.
 
C’est le principal parti d’opposition, l’Alliance démocratique (DA), qui avait initié la procédure de destitution du président sud-africain, après le jugement rendu la semaine dernière par la Cour constitutionnelle, laquelle avait soutenu que Jacob Zuma avait violé la Constitution en finançant la rénovation de sa résidence privée de Nkandla avec des fonds publics.
 
Remboursement « dans les 45 jours »
 
Les 11 juges de la Cour constitutionnelle avaient alors ordonné à Jacob Zuma de rembourser « dans les 45 jours » les fonds publics engagés, officiellement pour des raisons de sécurité, et estimés à 20 millions d’euros en 2014.
 
Ce n’est pas la première fois que le chef de l’État fait face à une procédure de destitution. En septembre 2015, Jacob Zuma avait déjà échappé à une tentative après sa décision de ne pas arrêter le président soudanais Omar el-Béchir, poursuivi par la Cour pénale internationale (CPI) et sous le coup d’un mandat d’arrêt international lorsqu’il était en Afrique du Sud.
 

jeuneafrique.com

Mardi 5 Avril 2016 - 16:58



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter