Afrique du Sud: Johannesburg va-t-elle rester dans le giron de l'ANC?

La ville de Johannesburg pourrait passer aux mains de l’opposition. A l’issue des élections locales, le parti au pouvoir en Afrique du Sud, l'ANC, est arrivé en tête mais n’a pas obtenu la majorité absolue. Et d'autres formations se sont rangées derrière le candidat du principal parti d’opposition pour faire barrage au mouvement du président Zuma. Verdict ce lundi 22 août lors du conseil municipal.



Vrai suspense à la mairie de Johannesburg. Le Congrès national africain (ANC), le parti de Jacob Zuma, pourrait perdre le contrôle de cette ville au profit d’une coalition de l’opposition. Le conseil municipal a lieu ce lundi 22 août, avec la prestation de serment des conseillers élus, qui procèderont ensuite à l’élection du maire ce lundi.

L’ANC est arrivé en tête du scrutin, avec plus de 44 % des votes. Mais il n’a pas obtenu de majorité absolue, et quasiment tous les partis d’opposition ont promis de se rallier derrière un candidat unique de l’opposition pour faire barrage aux sortants. Le parti du président risque donc la déconvenue.

Le nouveau maire pourrait ainsi s'appeler Herman Mashaba, candidat de l'Alliance démocratique (DA), principal parti d'opposition en Afrique du Sud. Le maire sortant de l'ANC, Mpho Franklyn Parks Tau, a reconnu lui-mêrme dimanche que son parti risquait de se retrouver bientôt sur les bancs de l'opposition.

Un coup de théâtre reste possible, mais le parti Combattants pour la liberté économique (EFF) semble prêt à aider l'AD à mettre la main sur Johannesburg, même si le leader de ce parti, Julius Malema, a déjà dit publiquement qu'il n'appréciait pas le candidat de la DA dans la ville.

L'ANC se souviendra de ces élections municipales

Julius Malema, leader de gauche radicale, accuse Herman Mashaba de manquer d'expérience politique, et d'être un « anti-Noirs et anti-pauvres ». Cependant, sa demande de le voir remplacé par un autre candidat à Johannesburg a été rejetée par la DA.

Si Johannesburg tombait entre les mains de l’opposition, ce serait une première en Afrique du Sud. Et surtout, ce serait la troisième grosse municipalité à connaître l'alternance, après Port Elizabeth et Pretoria, la capitale.

Le parti historique de Nelson Mandela perdant Johannesburg et Pretoria dans la même élection ? Ce serait tout un symbole. L'opposition, elle, se retrouverait alors aux commandes de la ville la plus riche d'Afrique du Sud, la capitale économique du pays.

Reste que la tâche serait alors ardue pour l'actuelle opposition, qui risquerait notamment d'être rapidement confronté à la résistance du syndicat des travailleurs municipaux Samwu, affilié à la Cosatu, et toujours fidèle à l'ANC.


Lundi 22 Août 2016 - 12:13



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter