Afrique du Sud: Nelson Mandela est sous assistance respiratoire

Les choses s'accélèrent en Afrique du Sud, le président sud africain Jacob Zuma a annulé son voyage prévu ce jeudi au Mozambique après avoir rendu visite à Madiba. En fin de soirée on a appris que Nelson Mandela avait été placé sous assistance respiratoire, c'est une affirmation de Napilisi Mandela, un chef de clan venu de sa région natale du Transkei (Sud) qui a rendu visite à Nelson Mandela mercredi 26 juin dans la soirée.



Afrique du Sud: Nelson Mandela est sous assistance respiratoire

Officiellement, Nelson Mandela est toujours dans un état critique, et tout porte à croire que son état de santé s'est encore dégradé. Ce mercredi, vers 22 heures, le président Jacob Zuma s’est rendu une nouvelle fois au chevet de Nelson Mandela. Il est resté un quart d’heure environ.

C’est sa troisième visite depuis l’hospitalisation de Nelson Mandela  le 8 juin dernier. La présidence sud-africaine a ensuite annoncé que Jacob Zuma avait décidé d’annuler son voyage prévu ce jeudi au Mozambique, où il devait assister à une réunion de la Communauté de développement de l'Afrique australe (SADC ). Jamais jusqu'alors, le président sud-africain n’avait annulé un déplacement en raison de la santé de Nelson Mandela.

« C'est un signe dont il faut tenir compte dans notre analyse de la situation », reconnaît le porte-parole de la présidence, joint par RFI. Mac Maharaj rappelle que l'état de santé du père de la nation sud-africaine est passé de grave à critique ces derniers jours, « c'est clairement un motif d'inquiétude ».

Nouvelles peu rassurantes

Hier soir, un chef du clan Mandela, Napilisi Mandela, a déclaré à l’Agence France-Presse qu’il était sous assistance respiratoire. Napilisi Mandela s’était déplacé de l’Eastern Cape, la province natale de Mandela, pour lui rendre visite à l’hôpital. L’entourage du lauréat du Prix Nobel, qui avait veillé jusqu’ici à ne jamais divulguer des informations à la presse autres que celles communiquées par la présidence, parle désormais, pour communiquer des nouvelles peu rassurantes sur l’état de santé du premier président noir de l’Afrique du Sud.

Les Sud-Africains s’attendent maintenant à l’inévitable. Devant une armée de journalistes venus du monde entier, de nombreux anonymes se sont pressés toute la journée et jusqu'à tard dans la soirée devant un mémorial improvisé sur le mur de l'hôpital de Pretoria. Mercredi soir encore, l’hymne sud-africain résonnait devant l’hôpital. L’endroit est presque devenu, ces derniers jours, un lieu de pèlerinage.


Rfi.fr

Jeudi 27 Juin 2013 - 11:09



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter