Afrique du Sud: fin des grèves dans l’industrie du platine

En Afrique du Sud, le président du petit syndicat Amcu à l’origine de la grève a officiellement annoncé la fin de la grève dans l’industrie du platine, lundi après-midi devant des milliers de mineurs massés pour un ultime meeting près de Rustenburg. Une victoire pour l'Amcu qui a obtenu un accord avec les trois principaux producteurs de platine du pays.



Joseph Mathunjwa, le président du syndicat Amcu, s'exprime devant les mineurs dans un stade près de Rustenburg, le 23 juin 2014.
Joseph Mathunjwa, le président du syndicat Amcu, s'exprime devant les mineurs dans un stade près de Rustenburg, le 23 juin 2014.

C’est devant plus de 20 000 mineurs rassemblés dans un stade près de Rustenburg, dans le nord du pays, que le président du syndicat Amcu Joseph Mathunjwa a annoncé lundi 23 juin la fin de la grève. Cette grève est la plus longue de l’histoire de l’industrie minière. Cela faisait cinq mois que plus de 70 000 mineurs avaient cessé de travailler pour demander des augmentations de salaire.

Joseph Mathunjwa a présenté les détails de l’accord entre son syndicat et les trois principaux producteurs de platine : une augmentation qui se fera sur trois ans pour atteindre les 12 500 rands – soit environ 840 euros - réclamés depuis le 23 janvier.

Amcu a également obtenu une augmentation des allocations logement et la réintégration de plus de 230 mineurs licenciés pendant la grève. Joseph Mathunjwa a précisé qu’aucun accord n’avait encore été signé et a demandé à la foule si elle était d’accord avec ces conditions. Ce à quoi des milliers de mineurs ont crié « OUI ».

1,5 milliard de pertes

Le président d’Amcu a également félicité les mineurs pour avoir tenu aussi longtemps. « Nous avons obtenu en cinq mois, ce que d’autres ont obtenu en vingt ans », a-t-il lancé, faisant référence au syndicat rival NUM, considéré proche du gouvernement. « Cette grève est pour la dignité de la classe ouvrière ici en Afrique du Sud. Nous sommes dans le droit chemin pour restaurer cette dignité de la classe ouvrière, notamment dans l’industrie minière », a-t-il ajouté.

Soulagement également du côté du gouvernement,  notamment pour le ministre des Mines Ngoako Ramatlhodi, le pays peut enfin respirer. Cette grève a en effet pesé lourd sur l’économie du pays. Les trois producteurs de platine affirment avoir perdu plus d’un milliard et demi d’euros de revenus. Mais cette grève a surtout contribué à faire reculer la croissance pour les trois premiers mois de l’année. Le premier recul depuis la crise économique de 2009. L’accord final devrait être signé mardi et une reprise du travail pourrait avoir lieu dès mercredi.


Dépêche

Mardi 24 Juin 2014 - 03:11



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter