Afrique du Sud: l'opposition attaque dans l'affaire Nkandla

La polémique se poursuit après la publication jeudi dernier du rapport du ministre de la Police, qui a blanchi Jacob Zuma dans l’affaire Nkandla. Dans ses conclusions, le ministre estime que le président n’a pas un centime à payer pour les aménagements dans sa résidence secondaire de Nkandla, réalisés aux frais du contribuable. L’opposition envisage plusieurs recours et les contre-attaques se multiplient.



Mmusi Maimane, le leader de l'Alliance démocratique, devrait demander à l'Assemblée de rejeter le rapport du ministre de la Police.
Mmusi Maimane, le leader de l'Alliance démocratique, devrait demander à l'Assemblée de rejeter le rapport du ministre de la Police.

L’opposition sud-africaine et la société civile semblent bien décidées à ne pas laisser le dernier mot à Jacob Zuma dans l’affaire Nkandla. Un recours en justice est sérieusement envisagé par l’Alliance démocratique, qui a demandé conseil à ses avocats ce week-end.

Ceux-ci ont estimé que le rapport du ministre de la Police est « biaisé » et inconstitutionnel, puisqu’il ne prend pas en compte les recommandations  de la médiatrice de la République.

Leurs conclusions vont être transmises lundi 1er juin par courrier à la présidente de l’Assemblée, et au ministre de la Police. Mardi 2 juin, le leader de l’Alliance démocratique, Mmusi Maimane, devrait demander à l’Assemblée de rejeter ce rapport et de le déclarer « illégitime et hors de propos ».

Les coups pleuvent également du côté de la médiatrice de la République, qui estime maintenant avoir été « trop tendre » avec Jacob Zuma. Dans une interview sans concessions, elle a de nouveau attaqué le rapport  du ministre de la Police, et souhaité que la Cour constitutionnelle et la Cour suprême d’appel soient saisies en la matière…


Rfi.fr

Lundi 1 Juin 2015 - 09:40



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter