Afrique du Sud: la présidence dément que Nelson Mandela soit dans un état végétatif

« Madiba demeure dans un état critique mais stationnaire. Les médecins démentent que l'ancien président soit dans un état végétatif », explique le communiqué rendu public hier soir, jeudi 4 juillet. Une mise au point à l’attention des médias, précise-t-il, et qui fait suite à la publication d’extraits d’un document judiciaire par l'AFP sur l’état de santé du héros de la lutte anti-apartheid. Un document qui avait été transmis à la justice dans le cadre de l’affaire des sépultures qui divise la famille Mandela.



Une petite fille transportant un portrait de Nelson Mandela, non loin de la clinique où il est hospitalisé à Pretoria, le 3 juillet 2013. REUTERS/Siphiwe Sibeko
Une petite fille transportant un portrait de Nelson Mandela, non loin de la clinique où il est hospitalisé à Pretoria, le 3 juillet 2013. REUTERS/Siphiwe Sibeko

La présidence sud-africaine a été obligée de publier deux communiqués dans la même journée jeudi. Le premier se contentait de répéter ce que Pretoria dit depuis lundi : Nelson Mandela  est dans un état critique, mais stable. Le deuxième, quelques heures plus tard, précisait quant à lui que ses médecins démentaient qu’il soit dans un état végétatif.

Il faut dire que le document judiciaire rendu public par l’Agence France-Presse et daté du 26 juin dernier était plus qu’alarmiste. Il précisait que, non seulement Nelson Mandela serait dans un état végétatif permanent, autrement dit sans activité cérébrale et sous assistance respiratoire pour survivre, mais que les médecins auraient recommandé à la famille de le débrancher pour lui éviter des souffrances supplémentaires.

Le 26 juin, c’est justement le jour où le président Jacob Zuma annonçait qu’il renonçait à un voyage au Mozambique en raison de la dégradation de l’état de santé de Nelson Mandela. De quoi spéculer, donc.

Ce document, qui n’est pas un avis médical, avait été transmis par 16 membres de la famille de l’ancien président, dont sa femme et sa fille, à la cour de justice de Mthatha. L’objectif : obtenirle retour en urgence des sépultures de trois des enfants de Nelson Mandela  à Qunu, la ville où il a grandi, en cas de décès de ce dernier. Ces tombes avaient été déplacées deux ans plus tôt par le petit-fils et chef du clan, Mandla, à Mvezo, le village natal.
Source: RFI



Vendredi 5 Juillet 2013 - 08:53



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter