Afrique du Sud: le limogeage du ministre des Finances largement décrié

La décision de Jacob Zuma est extrêmement décriée ce vendredi 11 décembre en Afrique du Sud. Le président s'est séparé de son ministre des Finances. D'après le communiqué de la présidence sud-africaine, Nhlanhla Nene doit être réaffecté à un autre poste stratégique sans qu'aucune raison ne vienne officiellement motiver la décision. Mais l'ancien ministre s'était montré à plusieurs reprises très critique envers le président Zuma.



Les réactions sont unanimes au lendemain du limogeage du ministre des Finances. Imprudent, sans fondement politiquement motivé, Nhlanhla Nene a été remplacé deux ans à peine après avoir été nommé alors que de l’avis de nombreux économistes, il faisait du bon travail.

Il s’agit du sixième remaniement du gouvernement et, selon Sam Mkokeli du quotidien économique Business Day, cette décision est irrationnelle. « Six remaniements, explique-t-il, c’est beaucoup. S’il (Jacob Zuma, NDLR) n’arrive pas à nommer des gens qui vont durer, en tout cas c’est probablement la plus importante et la pire décision qu’il ait prise. »

Un limogeage largement décrié comme politique. Nhlanhla Nene s’est en effet opposé à plusieurs projets du gouvernement, jugés trop coûteux, notamment dans le domaine nucléaire. Son successeur, David Van Rooyen, est décrit comme un inconnu n’ayant aucune expérience dans le domaine, mais fidèle à l’ANC. « C’est quelqu’un d’inconnu et clairement quelqu’un qui ne s’opposera pas à Jacob Zuma,affirme un analyste politique. C’est une nomination de copinage. Et cela donne une indication très claire sur comment le chef de l’Etat dirige ce pays avec une politique clientéliste. »

Même la Confédération des syndicats, la Cosatu, alliée du gouvernement, a exprimé son désaccord estimant que le limogeage de Nhlanhla Nene intervient au mauvais moment. En tout cas plusieurs heures après l’annonce, le rand, la devise sud-africaine, a plongé à son plus bas niveau historique.

Source : Rfi.fr



Vendredi 11 Décembre 2015 - 06:36



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter