Afrique du Sud: le massacre de Marikana, trois ans après

Dimanche 16 août, l'Afrique du Sud commémore les trois ans de la tragédie de Marikana. En 2012, 44 mineurs en grève illégale sont morts, dont 34 abattus par la police. C'est l'événement le plus sanglant depuis la fin de l'apartheid, et il a été vécu par beaucoup comme une trahison de la part du gouvernement ANC. D'autant que l'actuel vice-président Cyril Ramaphosa était à l'époque membre du conseil d'administration de la compagnie Lonmin, qui employait les ouvriers tués. Un rapport a été finalisé récemment sur le drame par la commission Farlam, mais les mineurs demandent toujours justice.



Trois ans après le drame de Marikana, les mineurs et les familles demandent toujours justice. AFP PHOTO/MARCO LONGARI
Trois ans après le drame de Marikana, les mineurs et les familles demandent toujours justice. AFP PHOTO/MARCO LONGARI

Trois ans après le drame de Marikana, deux plaintes viennent d'être lancées contre le gouvernement sud-africain. Les familles de 37 mineurs morts en 2012 ont porté plainte au civil contre le ministre de la Police. Elles demandent une compensation financière pour le traumatisme qu'elles ont subi, et pour la perte d'un soutien financier souvent essentiel à la vie de leur foyer.

Le ministre de la Police a estimé que cette plainte était légitime et nécessaire pour clore le deuil des familles. Une autre procédure  a été lancée dans la foulée par plus de 300 mineurs, arrêtés ou blessés par la police au cours de la grève de 2012. Ils attaquent en justice la présidence, le ministre de la Police et le parquet sud-africain. Les plaignants demandent des compensations s'élevant au total à plus de 140$ millions d'euros.

Ces plaintes sont soutenues par le syndicat Amcu, à l'origine de la grève illégale de 2012. Le président du syndicat radical a par ailleurs vivement critiqué le rapport de la commission chargée d'enquêter sur la tuerie  de Marikana. Il accuse ce rapport « de vouloir effacer le sang des mineurs » et envisage même de lancer une enquête indépendante pour faire toute la lumière sur le drame.

Au Parlement aussi, le gouvernement est toujours vivement mis en cause dans sa gestion du drame de 2012. Cette semaine, le leader de gauche radical Julius Malema a de nouveau accusé Cyril Ramaphosa  et le gouvernement sud-africain d'être responsables du massacre de Marikana. Il a demandé à ce qu'ils rendent des comptes devant la justice.


Rfi

Dimanche 16 Août 2015 - 08:01



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter