Afrique du Sud: le «pasteur aux serpents» victime d'actions punitives

L'affaire avait fait grand bruit sur le web sud-africain fin juillet. Un jeune pasteur radical était accusé de faire manger des serpents et des rats vivants à ses fidèles. Après une plainte de la société de protection des animaux, Penuel Mnguni avait été brièvement interpellé par la police, mais aucune charge n'a finalement été retenue contre lui, faute de preuve. Certains ont donc voulu lui donner eux-mêmes une leçon.



Un petit serpent (photo d'illustration). AFP PHOTO / JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN
Un petit serpent (photo d'illustration). AFP PHOTO / JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN

Les images du pasteur donnant des serpents à manger à ses fidèles  ont fait le tour du web sud-africain. Mais cette histoire très relayée ne plaît pas à tout le monde. Le Conseil sud-africain des Eglises a condamné la semaine dernière des pratiques « hérétiques » tout en accusant le jeune pasteur « d'instrumentaliser le désespoir des plus pauvres pour faire de l'argent ».

Face au manque de réactions des autorités, des militants du parti EFF, la formation de Julius Malema, et des membres de la communauté locale ont décidé de rendre visite à ce prêcheur controversé pour le forcer à « donner l'exemple » en mangeant lui aussi des animaux vivants.

Ce week-end, les manifestants ont donc marché jusqu’à son église située au nord de Pretoria en brandissant des souris et des lézards. Mais une fois sur place, le pasteur est resté introuvable. Le groupe en colère a alors démonté la grande tente sous laquelle ses fidèles se réunissent habituellement, avant d'y mettre le feu et de la réduire en cendres.

Cette action spectaculaire a été largement relayée et saluée sur les réseaux sociaux en Afrique du Sud. La police a depuis ouvert une enquête pour trouble à l'ordre public, mais aucune arrestation n'a eu lieu pour l'instant.

Le parti EFF s’est défendu de toute responsabilité, affirmant que ce sont les membres de la communauté qui ont pris l'initiative de brûler la tente du pasteur car ils lui reprochaient la musique très forte qui accompagne ses messes et ses rituels peu orthodoxes. Penuel Mnguni aurait notamment l'habitude de « sauter sur des femmes allongées à pieds joints » ou de faire manger à ses fidèles des animaux vivants qui ont prétendument « le goût de chocolat ».


Rfi

Mardi 11 Août 2015 - 07:51



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter