Afrique du Sud: pour les élections, l'Alliance démocratique mise sur l’emploi

Dimanche, l’Alliance démocratique (DA) présentait son programme électoral pour les élections générales sud-africaines qui se tiendront le 7 mai 2014. C’est sa présidente, Helen Zille, qui est montée à la tribune pour montrer que le principal parti d’opposition n’a pas peur de monter au front avec un programme axé sur la lutte contre le chômage.



Helen Zille, leader du principal parti d'opposition en Afrique du Sud, l'Alliance démocratique (DA). REUTERS/Mike Hutchings
Helen Zille, leader du principal parti d'opposition en Afrique du Sud, l'Alliance démocratique (DA). REUTERS/Mike Hutchings

Le mot d’ordre c’est l’emploi. Dimanche, la présidente de l’Alliance démocratique (DA), Helen Zille a présenté un programme libéral destiné à créer six millions de « vrais » emplois en Afrique du Sud. L’objectif est clair : transformer le pays en « une nation d’entrepreneurs », en accordant des aides, et des formations pour les petites entreprises.

La DA promet encore la création d’un million de stages destinés à donner de l’expérience aux jeunes avant leur entrée sur le marché du travail. Un programme ambitieux, mais qui table sur une croissance bien supérieure à celle que connaît l’Afrique du Sud aujourd’hui.

→ A (RE)LIRE : Afrique du Sud: la fin de l’alliance entre DA et Agang fragilise l’opposition

Très critique vis-à-vis du parti au pouvoir, Helen Zille a tout de même pris acte des réussites de l’ANC ces vingt dernières années, tout en soulignant la rupture entre l’ANC de Mandela et de Thabo Mbeki, et celle de Jacob Zuma. « Si la vie est meilleure dans l’Afrique du Sud d’aujourd’hui que sous l’apartheid, la tendance pourrait s’inverser », a-t-elle mis en garde.

La patronne de l’Alliance démocratique a dénoncé l’accroissement des inégalités, et l’utilisation de l’argent public par les élites au détriment du peuple. DA entend faire deux milliards d’euros d’économie par an en combattant fermement la corruption. Helen Zille a promis que 10% du produit intérieur brut (PIB) serait utilisé pour construire des ports, des routes, et des chemins de fer et les infrastructures nécessaires à la croissance.

Source : Rfi.fr
 



Mardi 25 Février 2014 - 09:39



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter