Afrique du Sud: un témoin anonyme devant la commission sur Marikana

En Afrique du Sud, la commission d’enquête sur Marikana, censée faire la lumière sur le massacre de Marikana d’août 2012, continue son travail cette semaine avec l’audition d’un important témoin : Mr X. Ce mineur, dont l’identité est cachée pour des raisons de sécurité, est un témoin capital pour la défense de la police.



Rassemblement devant le site de Marikana un an après la mort de 34 mineurs sud-africains, le 16 aout 2013. Reuters/Siphiwe Sibeko
Rassemblement devant le site de Marikana un an après la mort de 34 mineurs sud-africains, le 16 aout 2013. Reuters/Siphiwe Sibeko

Depuis le début de l’enquête, la police affirme avoir tiré sur les mineurs pour se défendre. Selon les forces de l’ordre, les mineurs qui manifestaient illégalement étaient armés de machette, de bâtons, voire certains d’armes à feu. Ils avaient refusé de désarmer et étaient menaçants.

Cependant, les premières conclusions de l’enquête indiquent la plupart des victimes ont été tuées dans le dos, à une distance de plus de 300 mètres des policiers.  La commission doit donc déterminer si la police a réellement agi par autodéfense ou si elle a paniqué et tiré. Quelques jours auparavant, deux policiers et deux gardes de sécurité avaient été tués à la machette, après une confrontation avec des mineurs.

Des rituels pour devenir invulnérable

Le témoignage de Mr X est crucial pour la police. Il faisait partie des manifestants ce jour-là et a raconté comment les jours précédents tous les mineurs ont participé à des rituels traditionnels pour les rendre plus forts et invulnérables. Pour les forces de l’ordre, ces préparatifs indiquent clairement que les manifestants avaient prévu d’en découdre avec la police.

Mr X témoigne par vidéo d’un lieu gardé secret et bénéficie d’une protection policière. Son témoignage doit durer toute la semaine.


Dépêche

Mardi 24 Juin 2014 - 04:00



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter