Agression à Munich : un mort et trois blessés, un mobile «a priori islamiste»

L'attaque a eu lieu vers 5 heures du matin dans la gare de Grafing, petite ville au sud-est de Munich. L'agresseur est un Allemand de 27 ans.



Un homme a été tué et trois autres blessées mardi dans le sud de l'Allemagne dans une attaque au couteau, au mobile « a priori » islamiste, selon les autorités, qui, toutefois, n'excluent pas dans l'immédiat le geste d'un déséquilibré. « L'agresseur a fait des déclarations sur place (au moment de l'attaque) qui renvoient à une motivation politique, a priori islamiste. La nature exacte de ces déclarations est en train d'être vérifiée », a dit à l'Agence France-Presse un porte-parole du parquet de la capitale bavaroise, alors que des agressions aux motivations de ce type ont eu lieu en mars 2016 et septembre 2015 en Allemagne.

Le ministre bavarois de l'Intérieur a cependant indiqué que les enquêteurs voulaient aussi vérifier s'il peut « s'agir d'un déséquilibré ou d'une question de dépendance à la drogue ». « Tout ça doit encore être éclairci », a dit à la presse Joachim Hermann, ajoutant que le suspect, un Allemand, n'était « pas très coopératif » avec les policiers qui l'ont arrêté. Selon les autorités, l'assaillant présumé a 27 ans, n'a pas d'« origine immigrée » et est originaire de Hesse (ouest).
Une petite ville paisible
 
Il a agressé à l'aube, vers 5 heures (3 heures GMT), quatre hommes, le premier dans un train, le second sur le quai de la gare de S-Bahn (trains interurbains) de Grafing, une petite ville au sud-est de Munich, puis les deux derniers à l'extérieur de cette station, a expliqué Karl-Heinz Segerer, un porte-parole de la police criminelle bavaroise. Un homme de cinquante ans est décédé de ses blessures, selon le parquet. Les autres victimes sont âgées de 58, 43 et 55 ans.

Selon des médias locaux, citant des témoins, l'assaillant a crié « Allah est grand » en arabe. Selon le parquet et la police, le suspect a été arrêté sur les lieux du drame, dans cette cité de quelque 13 000 habitants. « L'agresseur présumé a été arrêté, il n'y a plus de danger pour la population », a assuré une porte-parole de la police, Michaela Gross. Selon elle, la gare a été fermée pour permettre aux enquêteurs de travailler. « Que cela arrive ici, c'est totalement incroyable (...) nous sommes une petite ville paisible bavaroise de la région de Munich », a dit à l'agence DPA la maire de la bourgade, Angelika Obermayr.

Appel à des agressions au couteau
 
Si le mobile islamiste de l'attaque était confirmé, il s'agirait de la troisième du genre depuis septembre 2015 en Allemagne. Les deux précédentes avaient visé des policiers. Fin mars, une adolescente de 15 ans, ressortissante germano-marocaine, a gravement blessé un agent dans la gare de Hanovre (nord) à l'occasion d'un contrôle de routine. Selon les médias allemands, elle a séjourné à la frontière turco-syrienne avant que sa mère, inquiète de sa radicalisation, ne vienne la chercher sur place pour la ramener en Allemagne.
En septembre 2015, un Irakien de 41 ans, en liberté conditionnelle après avoir purgé une peine pour appartenance à une organisation « terroriste » et un projet d'attentat contre un Premier ministre irakien en 2004, a été tué par la police après avoir blessé une policière à Berlin. Là aussi, l'arme utilisée par l'agresseur, Rafik Youssef, était un couteau.

L'Allemagne n'a jusqu'à présent pas été touchée par une attaque djihadiste d'ampleur, contrairement à ses voisins français et belge, mais deux combattants germanophones revendiquant leur appartenance au groupe djihadiste Daech en Syrie ont menacé le pays et la chancelière Angela Merkel en août 2015. Ils appelaient dans une vidéo leurs « frères et soeurs » à commettre des attentats solitaires « au couteau » par exemple contre les « mécréants ». Ils avaient juré vouloir se venger du soutien allemand à la lutte contre Daech et de la présence de l'armée allemande en Afghanistan.

Depuis les attentats du 13 novembre 2015 à Paris, Berlin a à maintes reprises indiqué que l'Allemagne était aussi une cible pour les djihadistes. Elles s'inquiètent en particulier des retours de Syrie et d'Irak de combattants formés aux armes. Selon le renseignement intérieur allemand, au total quelque 740 personnes ont quitté l'Allemagne pour rejoindre des groupes djihadistes comme Daech ou le Front Al-Nosra en Syrie ou en Irak. Un tirs sont rentrés et environ 120 auraient été tués.



Source: Lepoint.fr

Aminata Diouf(stagiaire)

Mardi 10 Mai 2016 - 11:01



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter