Agriculture: le Kenya prend le chemin des OGM

Le vice-président du pays a dévoilé le 12 août dernier que le pays allait lever le moratoire, fixé en 2012, sur l'importation d’OGM dans le pays. Dans le même temps, deux organismes sont en attente d'une décision de l'Autorité nationale pour la biosécurité pour la production et commercialisation d'une première variété de maïs transgénique, de licence Monsanto. Tout cela inquiète les agriculteurs du pays, et de la région : le Kenya est le grenier de l'Afrique de l'Est, et pourrait ouvrir la porte aux OGM en Afrique.



Au Kenya, le maïs pourrait être le premier produit concerné par une levée du moratoire sur l'importation d'OGM.
Au Kenya, le maïs pourrait être le premier produit concerné par une levée du moratoire sur l'importation d'OGM.

« Tout ce qui est génétiquement modifié n’est pas dangereux », a déclaré le vice-président William Ruto le 12 août dernier. Son gouvernement compte lever le moratoire datant de 2012 sur l’importation d’organismes génétiquement modifiés au Kenya. La plupart des scientifiques du pays soutiennent cette décision.

D’ailleurs dans le même temps, deux organismes attendent un avis de l’Autorité nationale pou la biosécurité afin de produire et commercialiser une première variété de maïs transgénique au Kenya. Il s’agit du MON 810, une variété propriété de l’entreprise Monsanto - .

Beaucoup d’agriculteurs s’inquiètent. Le Forum des petits fermiers du Kenya, une association, craint des répercussions pour la santé, mais aussi la dissémination des graines OGM Monsanto qui risque d’empêcher la culture d’autres espèces. Mais ces associations sont très peu audibles, très peu relayées par les médias.

Le gouvernement kényan veut aujourd’hui augmenter la production agricole, « le pays ne peut pas rater le train des biotechnologies », soutient William Ruto. Le Kenya est l’un des greniers de l’Afrique. Il rejoindrait alors un club très fermé. Aujourd’hui, seuls le Soudan, l’Afrique du Sud et le Burkina produisent des OGM.


Rfi

Mardi 25 Août 2015 - 10:48



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter