Aïda Mbodj : «Fada a scanné nos signatures de 2012»

Aïda Mbodj ne décolère pas contre Modou Diagne Fada. En effet, la présidente du Conseil départemental de Bambey accuse le natif de Darou Moukhty d’avoir déposé une fausse liste pour devenir président du groupe parlementaire des Démocrates et Libéraux et menace d’ester en justice son frère de parti.



«La vérité est toute simple. Numériquement, Modou Diagne Fada ne peut pas avoir autant de signatures puisque nous avons la majorité des députés de notre parti avec nous. Cela est certain. S’il a pu déposer une liste dans laquelle on retrouve nos noms et nos signatures, c’est parce qu’il a scanné nos signatures qui datent de 2012 pour pouvoir faire une copie et tout déposer auprès du président de l’Assemblée nationale», a d’emblée déclaré Aïda Mbodj, lors de leur conférence de presse en réaction au maintien de Modou Diagne Fada à la tête du groupe parlementaire des Libéraux et Démocrates.
 
Et la responsable libérale d’ajouter qu’il n’est pas question de s’en arrêter là : «Nous ne nous laisserons pas faire. En ce qui me concerne, j’ai décidé d’ester en justice et le constat a déjà été fait», prévient-elle.
 
La présidente du Conseil départemental de Bambey n’a cependant pas attendu la justice pour prendre certaines décisions concernant le groupe parlementaire dont elle revendique la présidence : «tous les présidents de groupes parlementaires sont désignés par le chef de leur parti. C’est ce qu’a fait Me Wade qui m’a désigné pour remplacer Modou Diagne Fada à la tête de notre groupe. C’est pourquoi j’ai accepté neuf nouvelles adhésions des députés qui sont de Rewmi, d’Aj-Pads, de l’Union des centristes du Sénégal ou encore de la Convergence Bokk Guis-Guis», a-t-elle informé.

Ousmane Demba Kane

Vendredi 16 Octobre 2015 - 09:03



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter