Air Côte d'Ivoire ouvre trois lignes intérieures

Air Côte d'Ivoire lance ce lundi des vols domestiques vers trois villes de l'intérieur du pays : Korhogo, Bouaké et San Pedro. Avec le piètre état des routes et l'insécurité, rallier les villes du Nord ou de l'Ouest représente un voyage long et périlleux. Si les tarifs ne permettront pas à tous les Ivoiriens d'emprunter ces lignes, elles constituent une avancée notable pour le désenclavement de villes en mal de développement.



Avec ces vols intérieurs la clientèle visée par Air Côte d'Ivoire est plutôt une clientèle d'affaires. AFP PHOTO / ISSOUF SANOGO
Avec ces vols intérieurs la clientèle visée par Air Côte d'Ivoire est plutôt une clientèle d'affaires. AFP PHOTO / ISSOUF SANOGO

San Pedro, première destination qui devait être desservie ce lundi matin, c'est en fanfare qu'a été accueilli, samedi, l'un des deux avions flambant neufs achetés à Bombardier et dédiés aux vols domestiques : 60 places en classe économique, sept en « business » pour des billets d'un montant minimum d'environ 60 000 francs CFA, soit 100 euros pour Bouaké et Korhogo, et 81 000 francs CFA (123 euros) pour San Pedro.

Avec ces tarifs, Air Côte d'Ivoire s'adresse d'abord à une clientèle d'affaires, explique Laurent Loukou, directeur commercial de la compagnie : « Mettre une demi-journée pour faire la route pour aller à Korhogo, ça n’encourageait pas certains acteurs économiques à suivre leurs activités, donc à créer des emplois dans ces régions, souligne-t-il. Aujourd’hui, avec Air Côte d’Ivoire, un exportateur de cacao – qui est quand même l’industrie numéro un du PIB ivoirien – peut se rendre à San Pedro en 40 minutes et peut donc développer son business là-bas et partant, peut créer des emplois et booster l’économie locale ».

Ali Lakiss, directeur général de Saf cacao, l'un des plus gros exportateurs de fèves installés à San Pedro, ne peut que se réjouir : « 45 minutes de vol et vous êtes à San Pedro, c’est quelque chose de fantastique, commente-t-il. Ça va nous permettre de rencontrer tous nos clients, tous nos financiers à Abidjan comme en Europe, et je pense que ça va développer aussi le tourisme parce qu’aujourd’hui nous avons les plus belles plages de Côte d’Ivoire et plus personne ne vient. L’hôtellerie, ça ne marche presque plus ».

Des liaisons vers Man et Odienné devraient également être ouvertes au premier trimestre 2015, puis vers Daloa.


Rfi.fr

Lundi 24 Novembre 2014 - 09:57



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter