Aïssata Tall Sall : «Sur le plan juridique, Aïda Mbodj aura peut-être des arguments»

Tout n’est peut-être pas perdu pour Aïda Mbodj. C’est l’avis de Aïssata Tall Sal qui assure que, sur le plan juridique, la président du Conseil départemental de Bambey peut s’en sortir mais, à certaines conditions.



Aïssata Tall Sall : «Sur le plan juridique, Aïda Mbodj aura peut-être des arguments»

 «Sur le plan juridique, elle aura peut-être des arguments à  faire valoir. Si elle a démissionné et si vraiment elle a démissionné et que la preuve est rapportée, alors l'acte de révocation de son mandat de président du Conseil départemental de Bambey doit être annulé parce que c’est un acte qui ne reposerait sur rien du tout ou alors, qui reposerait sur une fausse appréciation de la situation». Ces propos sont de Aïssata Tall Sall qui était hier, l’invitée de l’émission «Objection » de la Sud fm.

Poursuivant sur sa lancée, l’édile de Podor reconnait cependant que le cumul de trois mandants n’est pas permis par la loi : «Ce que je sais, c’est qu'il n'est pas permis de cumuler trois mandats électifs. Or, il me semble que ma sœur Aïda est député à  l'Assemblée nationale, cela est incontestable. Elle est peut-être élue dans sa commune à  Bambey et elle est présidente du Conseil départemental de Bambey. Et, dans ces circonstances-là, la loi dit que l'élu doit choisir  le mandat dont il doit se délester », affirme-t-elle.

Mais cette «précipitation » de l’autorité a une connotation politique selon la socialiste : «Est-ce que cela a été fait ? Je l'ai entendue dire aussi qu'elle avait démissionné, je crois, de la mairie de Bambey. Si tel est le cas, je ne vois pas  pourquoi le gouvernement se précipiterait, sauf à  vouloir régler des comptes politique», a-t-elle soutenu.

Mais dans tous les cas, la manière avec laquelle l’autorité lui a fait savoir sa destitution est «violente », martèle-t-elle.


Ousmane Demba Kane

Lundi 25 Avril 2016 - 11:34



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter