Al-Qaïda revendique l’attentat manqué, Obama veut traquer ses instigateurs

3 jours après l’attentat manqué du vol Amsterdam-Detroit, l’organisation terroriste a revendiqué cette attaque. Depuis Hawaï où il est en vacances, le président Obama a promis de traquer les extrémistes.



Al-Qaïda revendique l’attentat manqué, Obama veut traquer ses instigateurs
Trois jours après la tentative d'un jeune Nigérian de faire sauter en vol un appareil de la compagnie Northwest effectuant la liaison entre Amsterdam et Detroit (Michigan, nord) avec 290 personnes à bord, Al-Qaïda dans la péninsule Arabique a affirmé avoir planifié l'attentat.

L'organisation explique vouloir se venger d'attaques américaines au Yémen, explique le communiqué mis en ligne sur internet. Le groupe dit avoir fourni au jeune Nigérian un « engin techniquement perfectionné » mais que cet engin n'a pas explosé en raison d'un problème technique.

Umar Farouk Abdulmutallab, « le frère nigérian est passé à travers toutes les barrières de sécurité pour son opération, brisant le grand mythe du renseignement américain », lit-on dans le communiqué mis en ligne sur des sites islamistes.

Dans un discours depuis Hawaï (Pacifique), le président américain, qui s'exprimait sur le sujet pour la première fois, a juré de chercher sans relâche les responsables de cette tentative d'attentat contre un avion de ligne américain pour les faire répondre de leurs actes.

« Nous ne baisserons pas les bras tant que nous n'aurons pas trouvé tous ceux qui sont impliqués pour les faire répondre de leurs actes », a déclaré M. Obama. Parlant depuis le village de Kaneohe, proche de son lieu de vacances, M. Obama a également assuré que les Etats-Unis continueraient à traquer les « extrémistes violents qui nous menacent », où qu'ils se trouvent, sans toutefois nommément mentionner Al-Qaïda qui a revendiqué l'attentat manqué contre le vol Amsterdam-Detroit.

« Nous allons continuer à utiliser tous les éléments en notre pouvoir pour intercepter, détruire et vaincre les extrémistes violents qui nous menacent, qu'ils soient d'Afghanistan, du Pakistan, du Yémen ou de Somalie, ou de partout où ils préparent des attaques contre le sol américain », a-t-il affirmé.

L'attentat manqué a posé avec acuité la question des mesures de sécurité à bord des vols, plus de huit ans après le 11-Septembre.

Dimanche, le porte-parole de la Maison Blanche, Robert Gibbs, a reconnu que les procédures à l'embarquement apparues dans la foulée de ces attentats, étaient
« vieilles de plusieurs années ».

Le président Obama a « posé au ministère de la Sécurité intérieure la question très concrète de savoir comment quelqu'un avec quelque chose d'aussi dangereux que de la penthrite, un puissant explosif, a pu monter dans un avion à Amsterdam », a souligné M. Gibbs.

À Detroit, la justice a indiqué que le suspect serait présenté à un juge fédéral le 8 janvier pour la lecture de l'acte d'accusation.
Source: Rfi

RFI

Mardi 29 Décembre 2009 - 00:40



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter