Alerte OMS-Le Sénégal n’a pas encore échappé à l’Ebola : Eva Marie Coll Seck à Accra

L’épidémie continue de faire des ravages. 460 morts en quatre (4) mois. D’où l’alerte de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) qui a convoqué une réunion d’urgence de onze (11) pays à Accra au Ghana. Ce, afin de prendre des mesures drastiques. Eva Marie Coll Seck, ministre de la Santé et de l’Action sociale, est sur place.



L’Ebola loin de reculer. L’Afrique de l’Ouest se mobilise donc à Accra. Selon l’OMS, la région fait face à la plus grave épidémie jamais signalée de fièvre hémorragique Ebola. L'Organisation mondiale de la Santé a donc convoqué une réunion d'urgence de onze (11) pays à Accra, au Ghana. Ceci, afin de prendre « des mesures drastiques » pour empêcher la propagation du virus.
 
 
En quatre (4) mois seulement, les dégâts sont là : Sur 760 cas recensés, ce sont 460 morts recensés dans seulement trois (3) pays : Guinée, Liberia et Sierra Leone. Des chiffres en très nette augmentation par rapport au bilan donné par l’OMS il y a seulement une dizaine de jours. Ce qui dénote d’un bond des décès de 38% et e 27 % de celui du nombre de cas. Même si tous les cas de fièvre hémorragique signalés n’ont pas été confirmés comme étant causés par le virus Ebola, la crainte aujourd’hui est que le virus se propage dans toute la sous-région ouest-africaine. Une crainte de l’OMS, partagée avec chacun des pays de la sous-région qui n’ont pas encore été touchés par l’épidémie dont le Sénégal.
 

Quelles mesures prendre pour enrayer la maladie dans les trois pays contaminés ? Comment éviter la contamination dans les pays encore préservés ? Que coûte la prévention contre l’épidémie ? Qui va financer ? Comment se préparer à faire face à une éventuelle arrivée du virus dans des pays comme la Guinée Bissau, la Côte d’Ivoire, le Mali ou le Sénégal ? Autant de questions qui seront abordées, en essayant d’y apporter des réponses concrètes lors des ces deux jours de conclave. A noter que deux Guinéens qui ont vaincu le virus tueur d’Ebola se trouvent dans la capitale ghanéenne. Leurs témoignages vont encourager celles et ceux qui se mobilisent contre l’épidémie, notamment la Côte d’Ivoire, le Sénégal, le Mali et la Guinée Bissau, quatre pays jusqu’à présent préservés et aujourd’hui particulièrement menacés, selon l’OMS.

 
Dans tous les cas, Eva Marie Coll Seck se trouve à Accra. Ce, au moment où la « viande de brousse » interdite en Côte d’Ivoire. Tout aussi menacé, au Mali, les autorités exhortent la population à s’impliquer davantage dans la prévention. « Il faut une plus forte implication des communautés pour faciliter la tâche des praticiens, insiste le chargé de communication du ministère de la Santé publique, Markacié Daoue. On ne doit pas baisser les armes tant que l’on n’a pas la certitude que le dernier cas remonte à plus de 45 jours ». Enfin au Sénégal, le contrôle sanitaire a été renforcé au niveau du port de Dakar, de l'aéroport et de certaines frontières terrestres. Des marchés à vocation sous-régionale ont été suspendus dans la région de Kolda, frontalière avec la Guinée.
Avec Rfi. 


Mercredi 2 Juillet 2014 - 10:38




1.Posté par GODIVIER le 30/07/2014 14:13
Départ prochain pour le Sénégal

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter