Alerte du Cilss sur le risque de prolongement de l’hivernage

« Les perspectives des récoltes de la campagne agropastorale 2010-2011 sont bonnes dans l’ensemble. Mais, compte tenu des risques de prolongement de l’hivernage au-delà du 10 octobre, des mesures de surveillance et de protection doivent être prises au Sahel et en Afrique de l’Ouest pour limiter les pertes sur les récoltes des cultures et les pâturages en raison des excès d’eau ». C’est un avertissement du Comité permanent Inter-Etats de Lutte contre la Sècheresse dans le Sahel à travers un bulletin de son Centre Régional
AGRHYMET.



Alerte du Cilss sur le risque de prolongement de l’hivernage
Selon les explications du centre les pluies pourront continuer de tomber. « Au regard des prévisions pluviométriques pour les mois de septembre, octobre et novembre 2010 faites par le Centre Européen de Prévision météorologique (ECMWF) et des prévisions jusqu’au 22 octobre du Centre National de Prévision environnementale des USA, tout laisse croire que les pluies continueront de tomber dans tous les pays, notamment dans le Sahel Ouest et dans les zones soudaniennes et soudano-guinéennes dans tous les pays de l’Afrique de l’ouest ».

Et cela n’est pas sans conséquences d’où les recommandations. « Si la prolongation des pluies hors saison en octobre et novembre se confirme, il serait nécessaire de prendre des mesures pour limiter d’éventuels dégâts sur les cultures et pâturages et pour valoriser les excès d’eaux pour les besoins des cultures de contre saison ».

« Les semis tardifs pourraient bien boucler leur cycle, mais des pourritures pourraient être
relevées sur les récoltes en cours de séchage, d’où la nécessité de les protéger des pluies
hors saison. Les variétés d’arachide non dormantes comme la « 55 437 » non récoltées. Les graminées pérennes pourraient repousser, de même les ligneux continueraient également à rester en vert au bénéfice du cheptel.Les fourrages des herbacés, déjà en sénescence, risquent d’être endommagés par la pourriture et les termites. Les périmètres maraîchers doivent être aménagés pour valoriser éventuellement les excès d’eau. Les cultures de sorgho de décrue répondront favorablement à une fumure d’urée (comme pratiqué au Nord Cameroun, en Mauritanie et au Tchad) ».

NDiaga Diouf

Mardi 19 Octobre 2010 - 14:21



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter