Alerte rouge légalisation de l’homosexualité ! Barack Obama revient à la charge le 05 août prochain !

C’était déjà solennellement ficelé, depuis deux déjà, dans le site officiel de la Maison Blanche par le biais d’une publication, toujours en ligne, intitulée «Le leadership Américain pour promouvoir l'égalité des lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres à l'étranger ». Sous la plume autorisée de la Conseillère spéciale du président Barack Obama, Samantha Power, l’Oncle Sam y évoque les grandes lignes de sa stratégie pour répandre le plus largement possible sa vision du monde.



Alerte rouge légalisation de l’homosexualité ! Barack Obama revient à la charge le 05 août prochain !
Mme Samantha Power proclamait textuellement ceci : « Je décris comment faire avancer les droits des lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres (LGBT) du monde entier est central, inséparable de la perception américaine des droits de l’Homme et de (leur) agenda politique». Il s’agit bien d’une doctrine politico-philosophique ostensiblement arborée par la Maison Blanche, et qui permet dés lors de comprendre pourquoi le chef de l’Exécutif américain, lors de ses tournées à travers le monde, n’éprouve aucune gêne à faire à ses homologues dirigeants de pays n’ayant pas légalisé sur leurs sols les unions gays, des proposition indécentes, comme celle qui lui a valu d’essuyer, le 27 juin de l’année dernière à Dakar, une diplomatique fin de non-recevoir de la part du Président Macky Sall.
Selon l’Ong Jamra, « le défenseur invétéré des Lgbt n’a pas pour autant dit son dernier mot, à mis parcours de son dernier mandat. Il est loin d’avoir lâché prise, et compte même revenir à la charge ».
En effet, il a invité 51 chefs d’États africains à la Maison Blanche, les 5 et 6 août prochains - à l’exception notable du Zimbabwe, de l’Erythrée et du Soudan (ces "vilains rebelles" !) -, pour, entre autres, exercer une ultime pression sur les pays qui traînent toujours les pieds à intégrer dans leurs mœurs les unions contre-nature.
 
 Avec en filigrane un HONTEUX CHANTAGE D’ÉTAT, préalablement décliné par la secrétaire d’État adjointe aux Affaires africaines, Linda Thomas-Greenfield. Lors d’une visioconférence, le 10 juillet dernier, avec plusieurs médias d’Etat du continent, elle n’a pas hésité à déclarer que les États-Unis «entendent désormais prendre des sanctions à l’égard des pays récalcitrants». Voilà qui a au moins le mérite d’être sans équivoque !
 
C’est un truisme que de le répéter, le Sénégal est un pays indépendant et souverain. Il n’appartient dés lors à aucun individu, fut-il le président de la plus grande puissance financière, technologique et militaire de la planète, de s’arroger le droit de lui dicter une quelconque ligne de conduite relativement à ses us et coutumes !
En perspective de cette ultime baroud d’honneur du président américain, l’Organisation islamique Jamra & l’Observatoire de Veille et de Défense des Valeurs Culturelles et Religieuses "Mbañ Gacce" invitent tous les segments de la société sénégalaise, au-delà de leurs obédiences diverses, à faire bloc – au moins SUR CETTE QUESTION-LA (la précision nous semble importante) – autour de leur Président de la République Monsieur Macky Sall, afin que ceux qui s’obstinent à continuer de faire pression sur lui sachent définitivement que le chef de l’Etat sénégalais n’est pas SEUL dans sa posture de refus (en référence notamment au syndrome François Bozizé de la Centrafrique). Mais que c’est bien le peuple sénégalais, dans son écrasante majorité de 98% de croyants (musulmans et chrétiens confondus) qui rejettent énergiquement ces unions contre-nature.
 
Jamra & Mbañ Gacce demandent à toutes les familles religieuses et aux responsables de tous les Lieux de Cultes du pays d’accompagner la délégation sénégalaise de leurs prières ; et aux Imams et Prédicateurs de consacrer leurs sermons du dernier vendredi (1er août) précédant le départ du chef de l’Etat pour Washington, à fustiger cette énième tentative de corruption de nos bonnes mœurs, dont les multiples récidives apparaissent comme un mépris culturel qui ne dit pas son nom !

Avec Jamra & Mbañ Gacce Imam Massamba Diop

Dimanche 27 Juillet 2014 - 11:05




1.Posté par Trigo le 27/07/2014 20:41
Décidemment, le Tiers Monde n'est pas seulement à la traîne économiquement, mais aussi sur les avancées sociétales. Mais en général, ça va de paire; ces pays au potentiel économique énorme étant gangrénés par la corruption et par des dirigeants religieux n'ont en fait aucune chance d'évoluer dans des domaines qui concernent la démocratie, l'égalité et la réussite sociale. Plutôt que de chercher à régler leurs problèmes, ils abrutissent le peuple avec une stratégie de diversion qui consiste à pointer du doigt le bouc émissaire tout trouvé : les homosexuels et la "mauvaise influence" du monde occidental.

Que même les acteurs de la presse (comme sur Pressafrik) et des médias dits "libres" soient à la botte de ce mode de pensée prônant la haine prouve qu'il y a encore du travail pour Obama et que le mandat qui lui reste sera largement insuffisant pour changer ça.

2.Posté par Lucas le 01/08/2014 18:21
Cet article est à vomir. Il est temps pour les pays comme le Sénégal de comprendre que l'homosexualité n'est pas une atrocité apportée par les méchants Occidentaux, c'est une variante naturelle de la sexualité humaine et qu'elle ne fait de mal qu'aux convictions religieuses des chrétiens et musulmans fermés d'esprit.

3.Posté par Trigo le 02/08/2014 18:32
Homosexualité dépénalisée en Ouganda ce 1er août!

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter