Algérie-Maroc: vives tensions après des tirs à la frontière

Le ton monte entre l'Algérie et le Maroc suite à la dénonciation par Rabat de tirs de l'armée algérienne à la frontière entre les deux pays, samedi 19 octobre. Suite à ces tirs un jeune marocain âgé de 28 ans serait grièvement selon Rabat qui a réclamé des explications sur cet incident qualifié de grave. L'Algérie a pour sa part accusé le Maroc de travestir les faits. L'incident devrait contribuer à tendre de nouveau les relations entre les deux pays dont les frontières sont fermées depuis vingt ans.



Des ouvriers marocains construisent une cloture à la frontière avec l'Algérie, le 23 août 2014. AFP PHOTO / FADEL SENNA
Des ouvriers marocains construisent une cloture à la frontière avec l'Algérie, le 23 août 2014. AFP PHOTO / FADEL SENNA

Selon Rabat, il n'y a aucun doute que ce sont les tirs de soldats algériens en patrouille à la frontière qui ont blessé au visage un jeune marocain âgé de 28 ans.  « Des citoyens marocains ont été la cible des tirs de l’armée algérienne, dénonce Mustapha Khalfi, le porte-parole du gouvernement marocain. Un Marocain a été grièvement blessé au visage, les médecins estiment que son état est très critique. »

Cet incident provoque l’inquiétude des autorités. « Le gouvernement marocain fait part de sa très grande inquiétude et de sa vive indignation, ajoute Mustapha Khalfi. Nous estimons que cette agression s’ajoute à une suite d’agissements provocateurs dans les relations entre les deux pays. Nous avons convoqué l’ambassadeur algérien à Rabat et nous avons sommé l’Algérie de s’expliquer. »

La réponse d'Alger ne s'est pas faite attendre. Dimanche 19 octobre, un communiqué du ministère des Affaires étrangères algérien indique que les gardes frontières algériens s'étaient limités à des tirs de sommation en l'air, après avoir essuyé des jets de pierre de la part de contrebandiers marocains. Dans ce même communiqué, Alger déplore « la manipulation des faits et l'escalade dans le discours des autorités marocaines à des fins inavouables. » Alger regrette « une attitude irresponsable et une présentation fallacieuse de l'incident du 18 octobre. »


Rfi.fr

Lundi 20 Octobre 2014 - 14:20



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter