Algérie: guerre des clans à la tête du FLN pour l'élection d'un nouveau chef

En Algérie, cela fait plus de six mois qu’Abdelaziz Belkhadem, le secrétaire général du FLN, a été destitué. Six mois que le parti historique du pays n’a personne à sa tête. On savait qu’à la veille du scrutin présidentiel de 2014, l’élection d’un nouveau chef serait mouvementée. Mais, cette semaine, c’est le ministère de l’Intérieur qui est entré dans la partie.



Abdelaziz Belkhadem avait été démis de son poste de secrétaire général du FLN le 31 janvier 2013. REUTERS/Louafi Larbi
Abdelaziz Belkhadem avait été démis de son poste de secrétaire général du FLN le 31 janvier 2013. REUTERS/Louafi Larbi
Pour élire leur nouveau chef, les membres du FLN (Front de libération national) doivent organiser un congrès soumis à autorisation du ministère. Depuis des semaines, deux clans s’affrontent, et le ministère de l’Intérieur semble avoir choisi le sien puisqu’il a donné une autorisation aux redresseurs du parti, un groupe de militants qui n’a normalement aucune possibilité légale de convoquer une telle réunion.
Amar Saadani candidat tout désigné des redresseurs
Et pour la presse, le geste du ministère de l’Intérieur ne signifie qu’une seule chose. Le clan Bouteflika veut garder la main sur le FLN. Car les redresseurs ont déjà leur homme fort, leur candidat tout désigné. C’est Amar Saadani, ex-président de l’Assemblée nationale algérienne et proche de Saïd Bouteflika, le frère du président.
S’il a été question pendant quelques heures de tenir deux réunions simultanées mais dans deux lieux différents, les deux courants du FLN ont fini par se mettre d’accord. C’est ce jeudi 29 août que tous les membres se réuniront à Alger pour élire leur nouveau secrétaire général.

Dépéche

Lundi 26 Août 2013 - 10:20



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter