Algérie: les défenseurs du blogueur condamné ne comptent pas en rester là

Deux ans de prison ferme et 200 000 dinars (1632 €) d’amende, c’est la sentence qu’a rendue le tribunal d’Alger dans le procès d’un journaliste et blogueur algérien. Mohamed Tamal a été arrêté le 27 juin dernier pour avoir publié sur son blog et sa page Facebook des propos jugés diffamatoires envers le président Abdelaziz Bouteflika. Le blogueur, qui possède également la nationalité britannique, a immédiatement été mis en détention préventive sans aucun mandat d’arrêt. Ce verdict a donc provoqué la colère des avocats de Mohamed Tamalt qui dénoncent un vice de forme. L’un d’entre eux, Maître Amine Sidhoum, exprime sa consternation et explique vouloir faire appel de la décision.



 On va faire appel en deuxième instance et on va peut-être même aller jusqu'à la saisine du Groupe de travail sur la détention arbitraire des Nations unies. Ce dossier est un grave précédent dans l'histoire de la justice algérienne.


Source: Rfi.fr


Mercredi 13 Juillet 2016 - 07:45



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter