Algérie: toutes les forces recherchent activement l’otage français

La France a catégoriquement rejeté, mardi 23 septembre, l'ultimatum des ravisseurs d'Hervé Gourdel en assurant vouloir continuer de frapper en Irak les jihadistes du groupe Etat islamique. L'otage français, guide de haute montagne, a été enlevé dimanche à Tizi Ouzou, à environ 110 km à l'est d'Alger. L'armée algérienne passe toujours au peigne fin une zone montagneuse à l'est de la capitale pour tenter de localiser l'otage menacé d'exécution dans les heures qui viennent. C'est donc une véritable course contre la montre qui est engagée.



Des troupes militaires algériennes recherchent activement l'otage français, le 23 septembre 2014. REUTERS/Louafi Larbi
Des troupes militaires algériennes recherchent activement l'otage français, le 23 septembre 2014. REUTERS/Louafi Larbi

Près de 2 000 hommes, des parachutistes, des militaires des groupes opérationnels et des gendarmes de la région sillonnent la zone. C’est le dispositif de sécurité qui est toujours en place dans les montagnes du Djurdjura en Kabylie, là où le randonneur français a été kidnappé. Des ratissages sont en cours.

Selon des sources sécuritaires, le groupe du randonneur était composé de six personnes, dont le guide de haute montagne français. Ils avaient visiblement prévu de passer la nuit près du village de Tikjda, sur l’un des versants de ces montagnes du Djurdjura où il y a des chemins de randonnée très fréquentés par les habitants.

Dans l’après-midi, le ministère de la Défense algérien a annoncé qu’un terroriste a été abattu dans cette région, sans pour autant préciser si l’homme a un lien avec le kidnapping. Dans la soirée, c’est le ministre chargé des Affaires maghrébines et africaines, Abdelkader Messahel, qui a affirmé que l’Algérie ne s’inclinerait jamais devant le terrorisme.

 

Rfi.fr

Mercredi 24 Septembre 2014 - 09:59



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter