Ali Haidar : «Les Sénégalais ont le droit de savoir pourquoi Aida Ndiongue… »

Ali Haidar demande des explications sur certaines décisions qui ont été prises ces derniers jours. En effet, l’écologiste ne comprend pas sur quelle base elle a été libérée. Il s’est aussi prononcé sur d’autres sujets qui défraient l’actualité.



Ali Haidar : «Les Sénégalais ont le droit de savoir pourquoi Aida Ndiongue… »
 
«Les Sénégalais ont le droit de savoir pourquoi Aida Ndiongue est sortie de prison. Aussi je ne comprendrais pas que Karim Wade sorte de prison après tout ce qui a été dit.».  Ces propos sont d’Ali Haidar, le président de la Fédération des partis écologistes et verts de l’Afrique de l’ouest. Il se prononçait sur la libération d’Aida Ndiongue et la demande de libération de Karim Wade. Selon lui, cette décision est incompréhensible à son niveau, et demande des réponses pour lui et le Sénégalais lambda.

En ce qui concerne la politique, Ali Haidar décrète la fin du compagnonnage avec le Ps et annonce une probable alliance entre son parti et l’Alliance pour la république. «Qui sera-t-il, ils ne l’ont pas encore dévoilé. Vont-ils mettre devant un mouton, une brebis galleuse ou un lion ? Je ne sais pas. En tout cas je n’ai pas été approché», s’interroge-t-il quant au candidat des socialistes à la prochaine échéance électorale. Et d’ajouter : «Nous avons eu à soutenir le candidat Ousmane Tanor Dieng. Aujourd’hui, nous ne sommes plus dans cette dynamique. Je ne vois pas pourquoi les Sénégalais ne rééliraient pas Macky Sall. D’ailleurs on peut s’attendre à une alliance entre parti et l’alliance pour la république».

Sur un autre registre, M. Haidar s’est prononcé sur son domaine de prédilection, l’environnement : «L’environnement va vraiment mal au Sénégal. Je constate que ce n’est pas une urgence, ni une priorité», fustige-t-il, avant d’étayer ses propos «La semaine dernière, les populations de Bandia se sont révoltées parce que pas soutenues par les autorités contre des braconniers qui s’étaient levés pour produire du charbon de bois en coupant des manguiers. A Dakar, à n’importe quel coin de rue, vous avez un camion de charbon. Notre environnement va mal. Personne ne s’en occupe. Je suis inquiet».
Selon lui, les autorités doivent déployer les moyens qu’il faut pour sauvegarder l’environnement. Au cas contraire, des répercussions néfastes peuvent s’opérées dans le pays.

Ousmane Demba Kane

Vendredi 5 Juin 2015 - 12:47



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter