Ali Haïdar: « Ma dent a bougé pendant trois (3) mois sans que je ne m’en préoccupe tellement je travaillais »

Ancien ministre de la Pêche et de l’Economie maritime, Ali Haïdar ne fait pas partie du gouvernement de Mohammed Dione, tout nouveau Premier Ministre (PM). Battu lors des dernières locales à Ziguinchor, l’ancien ministre récuse toute sanction politique. Selon ces propres termes, cela ne s’agit pas non plus de son travail. Car dit-il, sa dent a bougé durant trois (3) mois sans qu’il puisse s’en préoccuper tellement il travaillait. Selon l’écologiste, « ce n’est qu’un choix politique du Président Sall qui a pensé qu’il lui fallait une autre équipe ». Toutefois, Ali Haïdar d’annoncer la poursuite du combat. Au Sénégal, actuellement, « 60 camions de bois » traversent sans coup férir. Il se dit inquiet.



Ali Haïdar: « Ma dent a bougé pendant trois (3) mois sans que je ne m’en préoccupe tellement je travaillais »
A la question de savoir si sa non reconduction dans l’attelage gouvernemental est une sanction politique après les locales du 29 juin dernier, Ali Haïdar de nier : « Non je ne pense pas. Sanction pourquoi moi,…Ma dent, elle a bougé pendant trois (3) moi, je n’ai pas eu le temps de m’en occuper tellement je travaillais », dit l’ancien ministre de l’Environnement sous Abdoul Mbaye puis Pêche sous Aminata Touré qui parle plutôt de « choix politique du président » qui « peut être, a pensé qu’il lui fallait une autre équipe ».


En ce qui concerne les élections locales, il ne voit pas non plus de défaite. « Je peux donner quelques exemples, le parti écologique à Ourossogui (région de Matam), est arrivé deuxième. Le Parti Socialiste est premier avec 1296, nous avons eu 1295. Donc, à une voix près, on remportait la mairie ». Mieux, « je suis arrivé pour la première fois que je me présente comme candidat à la mairie, quatrième sur onze (11) candidats à Ziguinchor ». A partir de là, l’ancien ministre de regretter :

 
« Sous le régime de Wade, il y a 50 camions de 30 tonnes qui traversaient le poste de Kaffrine par jour, 50 camions de 30 tonnes de bois par jour, quand je suis arrivé, grâce à l’acharnement du colonel Daniel André qui était le Directeur des eaux et Forêts, on est arrivé à ramener ces camions à quinze (15) par jour qui est le quota que la loi autorise ». Mais, « malheureusement, ces derniers jours, nous sommes arrivés à atteindre des pointes de 60 camions par jour. Donc, c’est une grande préoccupation pour un écologiste comme moi ». Avant d’annoncer la poursuite du combat en ces termes sur les ondes de la Rfm, « ce sont des choses que je vais continuer à défendre, à donner mon temps… ». 


Lundi 7 Juillet 2014 - 12:18



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter