Aminata Touré battue par Khalifa Sall : Lecture d’une défaite prémonitoire



La zone de grand Yoff était une zone à fort enjeu électoral parce que mettant aux prises le maire sortant de la ville de Dakar et la Première ministre du Sénégal, Aminata Touré. Le chef du gouvernement a été battu par le maire sortant,  le leader de Taxawu, Dakar Khalifa Sall.
 
 Les prémisses de sa défaite se sont présentées dès les heures du démarrage du vote. Alors qu’elle venait d’arriver avec sa délégation pour accomplir son devoir de citoyen, Aminata Touré a été huée par les jeunes partisans de Khalifa Sall. Visiblement perturbée, elle a mélangé les pédales au moment d’exécuter le vote. Sa carte d’électeur et sa pièce d’identité étaient avec son aide de camp. Dès son entrée dans la salle, la Première ministre est allée tout droit au but prenant les bulletins. Il a fallu qu’elle soit interpellée par les membres du bureau de vote pour qu’elle prenne possession de ces pièces.
 

L’autre gag du chef du gouvernement et tête de liste de Bennoo Bokk Yaakar à Grand Yoff est après avoir fait son choix dans l’isoloir. Au lieu de déposer les listes restantes dans la poubelle, elle est sortie avec. Finalement elle a été rappelée à l’ordre. Mimi Touré a pouffé de rire avant d’aller mettre les listes restantes dans la poubelle dans l’isoloir.
 
Ce qu’il faudrait, par ailleurs, noter c’est que la permanence de Khalifa Sall fait face au foyer de Grand-Yoff, le centre de vote de la Première ministre. La particularité de ces élections a été le déroulement dans le calme des scrutins. Alors que tout le monde s’inquiétait et s’attendait à des échauffourées et de la violence, les Sénégalais se sont exprimés dans la quiétude et la sérénité. A part de petits incidents qui ne compromettent point la sincérité et la validité des résultats provisoires, il n’y a rien à signaler.  
 
La déclaration de Mimi Touré qui avait été annoncée a laissé présager toute sorte de scénario. Les spéculations sont allées bon train. Beaucoup avait déjà commencé à agiter l’éventualité d’une démission de la Première ministre. Cependant, il n’en était rien. Sous la pression des résultats, elle a réagi en gentleman.
 
Ndeye Coumba Fall

Ndèye Coumba FALL

Lundi 30 Juin 2014 - 04:00



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter