Amnesty dénonce la politique menée dans les zones rurales

« Dans le sud-est du Sénégal, les communautés rurales des zones minières voient leurs droits à la terre foulés aux pieds alors que le gouvernement octroie des concessions à des compagnies minières sans garantir le respect des droits humains ». C'est ce qui apparaît dans un nouveau rapport d’Amnesty International, résultat d’une enquête réalisée dans la région de Kédougou, une région disposant de gisements importants d’or notamment. L’industrie minière aurifère y est encore nouvelle (une seule concession a atteint la phase de production, d’autres sont en phase d’exploration).



Amnesty International dénonce la politique d'investissement du gouvernement sénégalais dans les zones rurales du sud-est du pays. La part belle est faite aux compagnies minières au détriment des droits des populations qui se voient privées de leur terres.
Seydi Gassama, directeur d'Amnesty International Sénégal, s'en est le porte-voix:

 

Les populations de la région de Kedougou ne bénéficient pas, non seulement des retombées de l'exploitation minière, mais elles ont perdu leur mode de subsistance, l'essentiel de leurs terres..., au profit des compagnies. Nous demandons à l'Etat de réformer le droit minier pour que les prochaines expropriations qui vont avoir lieu puissent se faire dans le respect des droits humains des communautés.
 


Dépêche

Mardi 3 Juin 2014 - 13:39



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter