Angola: l’enfer des expulsés congolais

Depuis le début de l'année, les expulsions des Congolais de RDC depuis le Congo-Brazzaville se multiplient, des expulsions accompagnées de violences selon les victimes. Coup de projecteur sur d'autres cas d'expulsions moins médiatiques : celles des Congolais qui vivent en Angola.

Un phénomène récurrent qui inquiète l'ONG Médecins du monde qui soutient des centres de santé, notamment dans la province frontalière du Kasaï occidental depuis plus de deux ans et en tire un rapport intitulé « La tragédie des Congolais expulsés d'Angola ».



De mai 2013 à février 2014, 740 expulsés sont venus se faire suivre suite à des violences sexuelles. REUTERS/Siphiwe Sibeko
De mai 2013 à février 2014, 740 expulsés sont venus se faire suivre suite à des violences sexuelles. REUTERS/Siphiwe Sibeko

« Quand l'eldorado angolais devient l'enfer », c'est ce que décrit ce rapport de Médecins du monde (MDM). Quelques témoignages de victimes racontent toujours les mêmes scènes où plusieurs militaires angolais prennent à partie une ou plusieurs Congolaises. « Vous, les Congolaises, vous avez les oreilles bouchées », leur disent-ils. Ou encore : « Tu ne veux pas rester chez toi au Congo, aujourd'hui tu vas comprendre. »

De mai 2013 à février 2014, 740 expulsés sont venus se faire suivre suite à des violences sexuelles, dont une grande majorité après des viols collectifs. Et cela seulement sur deux zones de santé de la province du Kasaï occidental quand la frontière s'étend sur près de 25 000 kilomètres avec le Bas-Congo, le Bandungu et le Kasaï oriental.

Un phénomène persistant, puisqu'en 2011, la représentante spéciale du secrétaire général sur les violences sexuelles avait fait un rapport au Conseil de sécurité. En 2012, c'est l'ONG Human Rights Watch  qui en avait publié un très documenté sur le sujet. Et ce qui inquiète Médecins du monde, c'est que malgré les annonces de changement de politique de régulation des migrations entre les deux pays, le nombre de cas de violences sexuelles ne diminuent pas. Bien au contraire. Sur les deux premiers mois de 2014, MDM enregistrait près de 200 nouveaux cas de viols sur des congolaises expulsées.

Source : Rfi.fr
 



Samedi 5 Juillet 2014 - 11:16



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter