Année scolaire: les balbutiements d’une nouvelle crise

Cette fin du mois de mai sera décisive en ce qui concerne l’année scolaire en cours. A ce propos, les enseignants ne badinent pas. «Toutes les conséquences seront tirées au moment de toucher les salaires », avertissent-ils. Il faut dire que les « nouvelles ponctions opérées » ne passent pas du côté du Grand Cadre des Syndicats d’Enseignants (GCSE). Dans un autre volet, l’Union Démocratique des Enseignants du Sénégal (UDEN) n’est pas en reste car la secrétaire générale, Awa Wade n’est pas du tout contente de la tutelle Serigne Mbaye Thiam et elle ne le cache pas. Sous la houlette de la présidente Innocence Ntap Ndiaye, le Haut conseil du dialogue social joue les sapeurs-pompiers.



L’école est encore menacée. Coordonnateur d’une tendance du Grand Cadre des Syndicats d’Enseignants (GCSE), Mamadou Lamine Dianté tire sur le gouvernement. Il faut dire que la nouvelle ponction opérée, selon le syndicaliste, ne passe pas. « Nous avons appris avec beaucoup de surprise qu’il y a eu de nouvelles ponctions opérées sur les salaires des enseignants. Ce qui est clair, c’est qu’au niveau de la Direction des soldes, ces ponctions ont été confirmées ». Et rage l’enseignant : « pour certains, les ponctions opérées vont jusqu’à 157.000 F CFA ».


Et « ce qui est encore étonnant », tonne ce dernier, « c’est qu’on a constaté que des enseignants sédentaires ou qui sont chefs d’établissement, sont injustement ponctionnés». Pour l’heure, «les responsables du Grand cadre à la base ont été informés et les enseignants attendent la fin du mois, au moment de toucher les salaires pour voir ce qu’il en sera » car « à partir de ce moment, on en tirera toutes les conséquences», avertit Mamadou Lamine Dianté. La secrétaire générale de l’Union Démocratique des Enseignants du Sénégal (UDEN) n’est pas en reste. Awa Wade marque le coup et déplore le fait que le « ministre ait décidé à lui seul de réaménager le calendrier ».


Et alerte cette dernière: « Il y aura des problèmes dans certaines régions comme la Casamance, Vélingara surtout avec les élèves qui vont faire le BFEM (Brevet de Fin d’Etudes Moyennes)». Un appel est ainsi lancé aux autorités «pour que la planification soit parfaite » dans la mesure où «les enfants ne pourront pas faire les examens dans les abris provisoires ». L’UDEN ose «espérer que le ministre va convoquer les syndicats pour qu’on puisse échanger sur les mesures d’accompagnement à prendre». La  secrétaire générale s’est prononcé en marge du premier atelier du Haut conseil du dialogue social que la situation de l’école sénégalaise ne laisse pas indifférent. La présidente Innocence Ntap Ndiaye parle de «discussions avec le gouvernement ». Selon elle, «l’heure est à la recherche de solutions heureuses


Mercredi 27 Mai 2015 - 11:22



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter