Anniversaire du naufrage du « Joola »: Les familles des victimes réclament une Journée du souvenir et le renflouement de l’épave

Les associations des familles des victimes du naufrage du ’’Joola’’ demandent au gouvernement de faire du 26 septembre, date du drame, une Journée nationale de souvenir pour ne pas faire passer à ‘’pertes et profits la plus grande catastrophe maritime de l’humanité’’. Elles réclament toujours le renflouement de l’épave, 13 ans après le naufrage du navire, pour régler une ‘’question de dignité humaine’’. Le nombre des victimes fait toujours polémique.



Anniversaire du naufrage du « Joola »: Les familles des victimes réclament une Journée du souvenir et le renflouement de l’épave
"La date commémorative du naufrage du Joola doit être une journée nationale de souvenir pour ne pas aller vers l’oubli et entretenir le devoir de mémoire’’, a soutenu le président du Comité Nassardine Aidara qui faisait face à la presse lundi à la Place du souvenir en prélude au 13ème anniversaire du naufrage. Pour les familles des victimes, cette journée permet au peuple de se remémorer que la sécurité se construit à travers un travail de longue haleine. Il s’agit pour les familles de victimes, à travers cette journée, de ‘’rappeler que ce n’est pas juste une question qui interpelle les familles des victimes, c’est une catastrophe pour toutes les populations qui doivent se souvenir’’. C’est pourquoi, cette année le Comité a choisi d’axer l’anniversaire sur le thème ‘’la sécurité des populations, 13 ans après le Joola’’.
 

En choisissant ce thème, le Comité a voulu rappeler aux autorités que les leçons du ‘’Joola’’ n’ont toujours pas été tirées par rapport aux mesures sécuritaires dans les transports en commun, a affirmé M. Aïdara. ‘’L’incivisme, l’indiscipline et la corruption se généralisent, les risques dans les services de transport sont toujours très élevés’’, selon Nasserdine Aidara. Par ailleurs, les Associations des familles des victimes du bateau ’’Le Joola’’ réclament toujours le renflouement de l’épave, 13 ans après le naufrage du navire, pour régler une ‘’question de dignité humaine’’. ’’Pour un devoir de mémoire et pour soulager les familles des victimes, l’Etat doit faire tout pour sortir le bateau de l’eau’’, selon Nassardine Aidara, président du Comité d’initiative pour l’érection d’un mémorial musée qui regroupe les trois associations de familles de victimes au Sénégal.

 
’’Tôt ou tard, le bateau sera renfloué et tous les coupables rendront des comptes devant la justice’’, a-t –il soutenu dans son propos liminaire. Pour le président de l’Association des familles des victimes, le député Idrissa Diallo, ‘’ce n’est pas un luxe, ni une question de moyens, le renflouement du bateau est un droit pour les familles des victimes’’. ‘’On doit nous libérer en nous permettant de disposer des restes des nôtres, c’est un minimum qu’on demande à l’Etat’’, a-t –il souligné. Dans le cadre 13 ans de commémoration du naufrage de ’’Le Joola’’’, les familles des victimes ont remis également sur la table l’érection d’un mémorial-musée, la prise en charge des orphelins, pupilles de la Nation, ayant atteint 18 ans et qui ne bénéficient plus de l’aide de l’Etat. Le navire ’’Le Joola’’ qui assurait la liaison Ziguinchor-Dakar a fait naufrage le 26 septembre 2002 au large des côtes gambiennes faisant près de 2000 morts.

 
Le nombre exact des victimes n’est pas connu, a soutenu le président du Comité d’initiative pour l’érection d’un mémorial musée, Nasserdine Aïdara. De 800 au premier jour du naufrage, le nombre de victimes est passé officiellement à 1864 victimes à ce jour alors que le recensement fait par l’association nationale des familles dénombre pour sa part 1918 disparus, selon Nasserdine Aïdara. A la veille de la commémoration de la ‘’plus grande catastrophe maritime de l’humanité, il est important que l’Etat fasse le recensement de toutes les victimes parce que jusqu’à aujourd’hui on ne connaît pas leur nombre exact ’’, a-t –il soulevé. ‘’Le nombre des victimes fait toujours polémique parce qu’on ne pouvait pas imaginer au moment du naufrage qu’il y avait autant de surcharges’’, a ajouté le président du Comité qui regroupe les trois associations des familles des victimes au Sénégal.

 
Ainsi, le comité avait entrepris un autre recensement à partir de réclamations faites par des familles.
‘’On ne saura peut-être jamais le nombre exact de ce naufrage’’, a estimé pour sa part le député Idrissa Diallo, président de l’association des familles des victimes du Joola au cours du point de presse. ‘’Pour connaître le nombre des victimes, il faut une volonté politique parce que l’histoire du naufrage du bateau reste encore une nébuleuse’’, selon le porte-parole de l’Association nationale des familles des victimes, Boubacar Bâ. Sur le nombre de victimes, seuls 500 corps ont été retrouvés dont 300 identifiés, selon le Comité.
 
 avec APS

Oficom

Mardi 22 Septembre 2015 - 16:46



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter