«Après 14 années, Me El Hadji Diouf a une nouvelle vision de l’affaire », Hissein Habré

Dans les liens de la détention au Sénégal depuis le 2 juillet 2013, l’ancien président Tchadien se signale à l’opinion. Il parle «de la rencontre Maitre El Hadj Diouf - Idriss Deby » qui selon lui, a été orchestrée par les « autorités politiques Sénégalaises ». «Après 14 ans », sert Hissein Habré, la robe noire a « une nouvelle vision de l’affaire ». La déclaration du détenu.



«Après 14 années, Me El Hadji Diouf a une nouvelle vision de l’affaire », Hissein Habré
La défense porte à la connaissance de l'opinion nationale et internationale, la position du Président Habré sur l'affaire de la rencontre Maitre El Hadj Diouf - Idriss Deby. Lors de sa visite à Dakar pour assister au Forum sur la Paix et la Sécurité, Idriss Deby a sollicité le Président Macky SALL pour faciliter une rencontre avec Maitre El Hadj DIOUF, en sa qualité d'avocat du Président HABRE ; La rencontre Maitre El Hadj Diouf - Idriss Deby a eu lieu le mercredi 17 décembre 2014 à l’hôtel King Fahd Palace de Dakar. Le Président HABRE n'a pas été informé par Me DIOUF de cette rencontre. C'est donc pour son compte personnel qu'il est allé à ce rendez-vous.
 
La défense condamne fermement les méthodes déployées par les autorités politiques sénégalaises, pratiques qui sont l'expression d'un abus de pouvoir dominant d'une part et traduisent leur implication dans les manœuvres visant à nuire à la défense d'autre part. Il est important que cet état de fait soit compris par l'opinion nationale et internationale. Maitre El Hadj Diouf a porté la cause de la défense du Président HABRE pendant 14 années, avec engagement sur tous les fronts judiciaire, politique et médiatique, mais il a désormais choisi une autre voie, sans mandat ni concertation aucune avec le Président HABRE. En revanche, il s'est concerté d'une part, avec Idriss DEBY qui a fait condamner à mort le Président Habré en 48 heures aux termes d'une mascarade judiciaire et d'autre part, avec ceux qui sont impliqués au premier plan dans l'opération de liquidation du Président ! Nous prenons acte du choix qu'il a fait et de sa nouvelle vision de l’affaire.

 
L'opération menée conjointement par les autorités sénégalaises, de connivence avec Idriss Deby, en ce moment précis, n'est pas fortuite, elle a lieu au moment où elles se préparent à tenir leur parodie de procès. Les autorités sénégalaises n'ont pas hésité à actionner tous les leviers étatiques pour enlever le Président Hissein HABRE, le maintenir en prison, affichant ainsi leur détermination. Elles ont fabriqué un faux pour créer les CAE (faux fabriqué par Mme Aminata Touré alors ministre de la justice) puis, agi pour bloquer les recours à la Cour Suprême, empêchant la défense d'avoir accès au juge constitutionnel, de peur de voir déclarée l'inconstitutionnalité des CAE. Elles ont ainsi exposé au grand jour leur parti-pris et déjà perdu le challenge d'un procès juste et équitable.
 

Faute de pouvoir établir la réalité des supposées infractions, mises au pied du mur par le refus d'Idriss Deby d'exécuter certains de ses engagements essentiels et devant l'impossibilité de relier les supposées infractions aux soi-disant auteurs principaux, leur fuite en avant consiste à empêcher l'équipe de défense de travailler. Des manœuvres d'intimidation et de menace avaient été déployées contre les avocats; elles furent dénoncées et portées à la connaissance de l'opinion nationale et internationale lors de plusieurs conférences de presse.

 
Le 17 janvier 2014, une convocation à se présenter devant les CAE a été envoyée à Idriss DEBY, une présence considérée comme indispensable à la manifestation de la Vérité. Le 3 Novembre 2014, à nouveau, une nouvelle convocation fut envoyée à l'intéressé. Le poids des pétrodollars tchadiens a fait basculer la balance de Dame Justice, puisque le convoqué à portée des juges des CAE le temps de deux Sommets, a utilisé sa présence pour décrédibiliser encore plus le prétendu processus judiciaire déjà réduit à néant par son refus de collaborer loyalement.
 
L'opération "Maitre El Hadj Diouf" heurte les consciences, viole les règles déontologiques de la profession d'avocat, mais aussi et surtout nous édifie, chaque jour, sur le fossé immense entre le discours sur une gouvernance démocratique et vertueuse et une pratique politique nauséabonde. Chaque jour qui passe, le Tout Puissant met à nu les comploteurs et expose au grand jour leurs méthodes immorales, illégales et scandaleuses déployées à grand renfort d'argent, de pressions, des agissements qui démontrent quotidiennement que l'affaire Hissein HABRE n'a jamais été une affaire de justice mais un sordide complot politique.

Le Président Hissein HABRE
Le 29 décembre 2014


Lundi 29 Décembre 2014 - 21:50




1.Posté par cheikh le 30/12/2014 10:29
C(est normal pour qui connait cet avocat qui crie contre l'état sur le dossier Habré et le défend sur un autre dossier indéfendable, celui de Karim. Certaines grandes gueules ne peuvent travailler que du côté de ........ Khalass. Après la honte du retour de Bourgi le voilà qui se couvre de boue encore. Mais il est comme le caméléon. Ne ratez surtout pas sa sortie.

2.Posté par samba le 30/12/2014 11:32
Laissons lui le temps de s'expliquer par rapport à cette audience et aprés on se fera une religion par rapport à sa personne.
j'ose espérer qu'il n'a pas retourner sa veste à cause des pétro dollars d'idriss aprés 14 ans de bons et loyaux services pour Habré.
Ah l'argent.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter