Après Patricia Lake Diop, comment le témoin Patrick A. Williams risque de couler Karim Wade?



Après Patricia Lake Diop, comment le témoin Patrick A. Williams risque de couler Karim Wade?
Après la bombe larguée par la notaire Me Patricia Lake, enfonçant Karim Wade dans la constitution des sociétés dont la propriété lui est attribuée, c’est au tour de Patrick Ady Williams  d’enfoncer le clou. L’ami d’enfance de Karim Wade a, lors de son tête à tête avec les juges de la Commission d’instruction de la Cour de Répression de l’Enrichissement Illicite (CREI) mouillé l’ancien ministre des infrastructures et des transports aériens, à qui il attribue la paternité des sociétés incriminées et par conséquent les bénéfices économiques.

"A l’occasion des différentes rencontres que nous avons eues à propos de la constitution des sociétés, Karim Wade avait justifié leur création en invoquant le besoin de régler le problème des militants politiques en précisant que, compte tenu de ses fonctions et qualités, il ne pouvait pas apparaitre et avait par conséquent besoin d’hommes de confiance sur qui s’appuyer  pour lui servir de prête nom" a déclaré Williams aux magistrats instructeurs dans des propos relayés par "Libération".

Et de poursuivre : "Les rencontres que nous avons tenues en présence de Patricia Lake Diop avaient pour objet la finalisation des projets de création des sociétés. Lorsqu’à l’occasion de ces rencontres, Karim Wade m’a fait ces propositions, j’ai compris, sans avoir fait l’objet de menaces quelconques, que je n’avais pas trop le choix".

Toutefois, avance Williams, "j’ai tenu à lui dire que hormis les démarches administratives de la constitution de cette société, je ne prendrai aucun acte qui pouvait avoir des conséquences financières".

Interrogé sur les sociétés Atlantique Holding Sa, Atlantique Group Sa, Sénégal Distribution Presse, www.webdupays.net, Istar Immobilier Sa, CD Media Group, Terra Vision Sa et SHS Patrick Williams de révéler à la CI de la CREI « Je connais ces sociétés pour avoir pris part au processus de création. En fait, mon rôle se limitait à signer les actes notariés, portants statuts de ces sociétés. Je n’ai eu connaissance de  l’identité de la personne qui a libéré les sommes nécessaires à la création de ces sociétés que lors de ma confrontation avec Karim Wade. C’est en ce moment seulement qu’il m’a révélé que cette personne est Victor Tendeng, chauffeur de Karim Wade".

Selon Williams, "le véritable bénéficiaire économique de ces sociétés est la personne qui les a véritablement constituées et qui a versé les sommes nécessaires afférentes à leur constitution et qui n’est personne d’autre que Karim Wade ». Voilà un témoin dont l’interrogatoire à la barre risque d’être compromettant pour Wade-Fils.


Mardi 23 Septembre 2014 - 13:01



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter