Après Tabaski: Absence des domestiques, le calvaire des maîtresses de maison

Après de longs préparatifs de la Tabaski chez les vendeurs, au tour des domestiques d’aller la préparer et la passer chez elles, en laissant derrière elles leurs employeurs qui ne savent plus à quel saint se vouer.



Après Tabaski: Absence des domestiques, le calvaire des maîtresses de maison
Loin de leur famille pendant presque un an, la fête de la Tabaski offre une occasion pour les employées de maison de se retrouver au milieu des leurs. Mais, le bonheur des unes faisant le malheur des autres, ce sont leurs employeurs qui en souffrent le plus avec des charges supplémentaires en plus de leurs occupations habituelles. 

En effet, approchée par Pressafrik, ces dernières ont exprimé tout le désarroi subi à cause des vacances de ces travailleuses de maison.  

C’est ce que déclare Ngoné Kassé, la cinquantaine, qui affirme avoir tout le mal du monde à s’acquitter correctement des travaux domestiques. Cette mère de famille d’informer que: «c’est très difficile». Et de poursuivre: «c’est compréhensible que ces travailleuses aillent rejoindre leur familles et se reposer un peu. Il s’y ajoute que le travail des domestique est pénible».

Cette opinion est partagée par une femme répondant au nom de Fatou Ganguy qui soutient que ces femmes déchargent, surtout les vielles dames comme elle, de certains travaux qu’elles auraient du mal à accomplir. «Moi, je suis vieille, je ne travaille pas mais leur absence est un problème pour moi. Dans les normes, si tu es vieille, tu ne peux pas faire certains travaux. Et depuis leur départ, je suis obligé de participer aux tâches de la maison. Ce qui n’est pas bon pour ma santé», explique la vieille dame.

Hawa, la trentaine, est employée de bureau et ce congé des travailleuses de maisons la met dans l’embarras car estime-t-elle, s’acquitter des travaux ménagères devient un casse-tête pour elle. Ce qui l’amène à se demander comment fera-t-elle avec son travail et les travaux domestiques.

 Et la solution qu’a trouvée Hawa (Mme Dème): c’est de trouver une domestique qui ne serait pas de  religion musulmane. Et comme cela, « si l'une part, l'autre reste».

Dieynaba Faye (Stagiaire)

Jeudi 15 Septembre 2016 - 16:14



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter