Après la Tabaski, Dakar à la recherche d'un nouveau souffle

La ville de Dakar s’est réveillée ce lundi 30 novembre avec une gueule de bois. Sa population a mis du temps à se remettre de la fête de Tabaski. Les rues et ruelles sont vides tandis que toutes les artères d’habitudes bouchées par les embouteillages des grandes capitales sont ultra fluides. Promenade…



Après la Tabaski, Dakar à la recherche d'un nouveau souffle
C’est un secret de polichinelle. Les lendemains de Tabaski, Dakar prend des allures de ville morte. L’année 2009 n’a pas dérogé à cette règle non écrite. Vidée de son flot humain, les rues de la capitale sénégalaise sont désertes. Les endroits d’habitude très fréquentés sont tous déserts.

Après la Tabaski, Dakar à la recherche d'un nouveau souffle
Le marché Hlm est vide. Pas de marchands encore moins de clients en vue. Son affluence des grands jours et les tonnes de décibels qui se produisaient sur les lieux ont laissé la place à des tas de saletés. Elles ont fini d’envahir les étals réservés aux marchandises. Quelques personnes armées de balaies, sans doute des agents municipaux, essaient de donner à ce marché une nouvelle propreté.

Après la Tabaski, Dakar à la recherche d'un nouveau souffle
Un kilomètre plus loin, à la Médina le spectacle est le même. La plupart des échoppes ont baissé rideau. C’est un calme quasi plat qui y règne. Jadis bondée de personne, ce lundi seule une poignée d’individus vaquent à leurs occupations dans les rues de Médina.

Après la Tabaski, Dakar à la recherche d'un nouveau souffle
Sur l’avenue Blaise Diagne, le trafic est plus que fluide. Alors que d’habitude, les automobiles roulaient à pas de tortue sur cette avenue de même que tout le boulevard de l’avenue Lamine Gueye, aujourd’hui c’est carrément l’envers. On peut même organiser une course de vitesse sur ces routes sans grandes peines, sans danger.

Après la Tabaski, Dakar à la recherche d'un nouveau souffle
La très grouillante Sandaga (principal marché du centre ville) est vidée de sa substance. Les marchands ambulants qui font sa réputation sont absents. Personne ne rode dans les parages. On peut se pavaner librement sur les trottoirs sans risque de piétiner des marchandises et des personnes. Une grande partie de la population de ce marché est certainement retournée au village afin de passer la fête de la Tabaski en famille.

Après la Tabaski, Dakar à la recherche d'un nouveau souffle
Au centre ville. Un décor effarant. Les portes des bazars, des entreprises et autres lieux de commerce ont presque toutes fermées. Seules quelques compagnies bancaires ont ouvert leurs portes. Mais il n’y a pas d’affluence. Les clients sont sûrement en train de digérer les moutons engloutis ce samedi 28 novembre.

Même si cette année, il n’y en a pas eu, les fonctionnaires sont restés chez eux. Et ceux malgré les menaces du ministre de la Fonction publique, de l’Emploi, du Travail et des Organisations socioprofessionnelles ou de ses services qu’on avait l’habitude d’entendre à la veille de la Tabaski ou de la Korité. Le centre ville est encore plus vide. L’avenue Pompidou est d’une tranquillité déconcertante. Les bruits et couleurs qui lui donnaient vie sont introuvables. Pas de marchandages, ni d’occupation anarchique des trottoirs. Le spectacle du jour contraste avec celle de la veille des fêtes. On a même du mal à croire qu’il s’agit du même endroit.

Mame Coumba Diop

Lundi 30 Novembre 2009 - 10:00



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter