Après la pause gouvernementale: Les députés en vacances…parlementaires !

Une douzaine de jours après l’installation de l’Assemblée nationale (30 juillet), trois plénières dont une boycottée par les députés de l’opposition et une dernière ayant duré moins de deux heures de temps, les nouveaux députés ont bouclé la première session de la douzième législature. En se donnant rendez-vous pour début septembre, les 150 députés s’octroient une vingtaine de jours de répit avant d’engager la seconde session de la nouvelle Assemblée. Une sorte de vacances…parlementaires après celles du gouvernement !



Après la pause gouvernementale:  Les députés en vacances…parlementaires !
La première session de la douzième législature a pris fin hier, vendredi 10 août 2012, à l’Assemblée nationale. Présidée par Moustapha Niasse, le président de la chambre basse, la séance de moins de deux heures a mis fin à une session ouverte le 30 juillet 2012, avec l’installation des nouveaux députés élus à l’issue des législatives du 1er juillet. Des élections qui avaient été sanctionnées par une large victoire de Bennoo Bokk Yaakaar (BBY), la coalition de la mouvance présidentielle qui avait décroché 119 députés sur les 150 que compte la nouvelle Assemblée nationale. La première session de la douzième législature a permis à la fois d’élire le président de l’Assemblée, le bureau dont 08 vices présidents, et les 06 secrétaires élus de la deuxième chambre. Une dizaine de jours plus tard, le mercredi 08 août, les 11 commissions permanentes de l’Assemblée nationale avaient été ratifiées à l’unanimité par les députés.

Parmi ces commissions, dix étaient présidées par des élus de la majorité. Seule, la présidence de la commission « Défense et sécurité » était tombée sous l’escarcelle des députés de l’opposition, en l’occurrence de l'ancien ministre Aïda Mbodji, une élue du Parti démocratique sénégalais (PDS), l'ex-parti au pouvoir.

03 SEMAINES DE «SUSPENSION » D’ACTIVITES

Une douzaine de jours après l’installation de l’Assemblée nationale, trois plénières dont une boycottée par les députés de l’opposition et une dernière ayant duré moins de deux heures de temps, les nouveaux députés bouclent la première session de la douzième législature. Rendez-vous est donc pris pour début septembre, à l’occasion de la deuxième session parlementaire qui devrait recevoir, si on se réfère au président de l’Assemblée nationale Moustapha Niasse, la déclaration de politique générale du Premier ministre Abdoul Mbaye.

Un constat toutefois : à peine installée, l’Assemblée nationale accorde aux députés près de trois semaines de pause dans le travail parlementaire. Les 150 députés de la douzième législature bénéficient ainsi d’une vingtaine de jours de répit avant d’engager la seconde session parlementaire. Une sorte de vacances…parlementaires après celles du gouvernement, serait-on tenté de dire ! Toutefois, du côté de la deuxième chambre du Parlement, des voix autorités parlent plus de suspension des travaux que de vacances parlementaires, après la tenue de la séance « spéciale » qui a permis l’installation de la nouvelle législature.

Pour rappel, les vacances gouvernementales ou ce qui avait été qualifié comme avaient suscité une véritable levée de boucliers auprès des acteurs politiques, des médias et des populations. Ceux-ci avaient eu du mal à comprendre que les ministres puissent s’octroyer des vacances après seulement 04 mois de travail gouvernemental, et surtout dans un contexte d’urgences sociales.

La communication gouvernementale avait essayé de rectifier le tir en parlant de « pause » dans les conseils de ministres avant que les membres de l’attelage gouvernemental d’Abdoul Mbaye ne soient invités à décliner au quotidien les activités de leurs départements. La gouvernance de « rupture » valait bien çà.
Moctar Dieng (Sud quotidien)


Samedi 11 Août 2012 - 15:29



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter