Après le verdict de la CEDEAO jugeant illégale son interdiction de sortie du territoire, Abdoulaye Baldé exige la démission d’Aminata Touré



Après le verdict de la CEDEAO jugeant illégale son interdiction de sortie du territoire, Abdoulaye Baldé exige la démission d’Aminata Touré

Le verdict de la Cour de justice de la CEDEAO qui tranche que la Cour de Répression de l’Enrichissement Illicite (CREI) a violé les droits de la défense et la présomption d’innocence  a redonné des ailes à Abdoulaye Baldé. Interdit « illégalement » de sortir du territoire, le maire de Ziguinchor à qui la CEDEAO a finalement donné raison, souligne « l’incompétence » de la ministre de la Justice, Aminata Touré dont il réclame la démission.
 
« L’Union Centriste du Sénégal se félicite de la décision de la Cour de justice de la CEDEAO rendue ce vendredi 22 février 2013, suite à la plainte déposée par des dignitaires du régime président  -dont son président M. Abdoulaye Baldé-ciblés par des procédures illégales, engagées par la CREI qui les a pris et continue de les prendre pour cibles », se réjouit Abdoulaye Baldé et ses partisans qui, dans un communiqué transmis à la presse, réclament « la démission pure et simple de Madame la ministre de la Justice (Aminata Touré) », car « son incapacité à gérer de façon sereine et professionnelle un dossier monté de toute façon, de toutes pièces est aujourd’hui une évidence pour tous », déclarent l’UCS et son président qui désapprouvent « la légèreté avec laquelle le dossier sur le prétendu enrichissement illicite a été traité et même rendu public de façon mensongère ».


Samedi 23 Février 2013 - 12:10



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter