Après les pierres jetées sur le Palais : L'heure de l'ouverture du centre de suivi des malades mentaux de Kaolack n'a-t-elle pas sonné?



Après les pierres jetées sur le Palais : L'heure de l'ouverture du centre de suivi des malades mentaux de Kaolack n'a-t-elle pas sonné?
Un malade mental errant a récemment tenté de jeter des pierres sur les grilles du Palais de la République. Il aurait été arrêté et envoyé à l’hôpital psychiatrique de Thiaroye. Cet incident intervient quelques jours après la mort d’un malade mental à Tamboucounda. D’où l’inquiétude de l’Association de suivi et d’assistance aux malades mentaux (Assamm). Face à cette situation, nombreux sont ceux qui pensent que l’ouverture du centre d’encadrement des malades mentaux de kaolack constitue une solution. 

Ce centre est en construction à Kaolack, une ville située dans le centre du Sénégal. Les travaux de ce centre sont presque terminés. Un directeur a été nommé, selon M. Faty. Son ouverture va peut-être soulager les citoyens.  En effet, en l’espace de quelques mois, cinq cas d’assassinat de malades mentaux errants ont été dénombrés dans la commune de Tambacounda, avec des organes manquants sur les corps de certaines victimes. A ces crimes s’ajoutent les viols, les accidents de la circulation dont sont souvent victimes les malades mentaux errants », a déploré Ansoumana Dione, le président de L’Association de suivi et d’assistance aux malades mentaux (Assamm).

Selon un recensement opéré par l’Assamm, 2192 malades mentaux errants sont dans les rues au Sénégal. Les zones urbaines principalement Dakar, Thiès, Diourbel, Ziguinchor sont les localités les plus touchées par le phénomène, selon Ansoumana Dione. LAssamm appelle de tous ses vœux l’Etat à tout mettre en œuvre pour l’ouverture du centre. « Le centre devait ouvrir ses portes depuis 2006, mais les travaux ont connu du retard. Son ouverture sera une solution préventive contre les agressions », a dit Ansoumana Dione. 
 


Vendredi 14 Février 2014 - 14:42



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter