Arcelor Mittal-Etat du Sénégal: Pourquoi l'AJE a refusé de s'exécuter ?

Outre le fait que l’Etat du Sénégal se soit contenté de 75 milliards contre 2500 milliards de F CFA, c’est la question que se pose les libéraux à savoir le rôle de l’Agent Judiciaire de l’Etat (AJE) dans l’accord entre Arcelor Mittal et le régime en place. Il ressort que cette dernière, Aïssé Gassama Tall a refusé de s’exécuter.



Arcelor Mittal-Etat du Sénégal: Pourquoi l'AJE a refusé de s'exécuter ?
En effet, le litige entre l’Etat du Sénégal et le groupe sidérurgique aurait dû prendre fin en mai, à l’issue de la signature de l’accord. Mais c’était sans compter avec les rebondissements notamment sept (7) mois après l’accord à l’amiable trouvé entre les deux (2) parties, visant à mettre un terme au contentieux né de l’abandon unilatéral par le groupe indo-britannique du projet d’exploitation des mines de fer de la Falémé. Et jusqu’à mi-décembre, la Cour internationale d’arbitrage de la CCI de Paris saisie dans le cadre de l’affaire, attendait toujours un courrier en bonne et due forme de l’AJE, Aïssé Gassama, cite le document de LC.


Ce, pour classer définitivement le dossier. Selon des sources, l’intéressée refuse tout simplement de s’exécuter car estimant n’avoir pas été associée aux négociations, encore moins à la transaction finale intervenue le 30 mai entre Dakar et Arcelor Mittal. Le pire, c’est l’appel anonyme reçu par la Cour internationale d’arbitrage de Paris disant qu’une personne se faisait passer pour l’AJE. « Aïssé Gassama est contournée pour régler le litige », sussure l’informateur. C’est après « plus précisément en septembre qu’Arcelor Mittal a déboursé 72,2 milliards pour régler le litige ». Sommes dérisoires, jugent les libéraux. 


Vendredi 19 Décembre 2014 - 10:41



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter