Arnaque sur le dossier Casamance: le MFDC réclame une enquête

Un centre de formation pour rebelles repentis à Sangalkam, c’est le scénario auquel on assiste dans ce dossier Casamance. Le hic, c’est que ces jeunes n’ont jamais fait partie du maquis. Le Mouvement des Forces Démocratiques de Casamance (MFDC) se fait entendre.



Plus d’une soixantaine de jeunes sont recrutés par des personnalités qui gèrent le processus de paix en Casamance. Au chômage, ils sont présentés comme des rebelles repentis. Ils sont ainsi enrôlés pour les acheminer dans ce centre de formation basé dans les anciens locaux de l’ISRA. Parmi ces jeunes, livre la Rfm, figurent neuf (9) jeunes de Mandégane dans le Sud du pays, qui ont fait le déplacement jusqu’à ce centre et qui ont refusé d’être présentés comme des rebelles.


Selon la source, les responsables de ce village n’ont pas manqué de saisir le Groupe de Réflexion pour la Paix en Casamance (GRPC) que dirige Robert Sagna pour tirer au clair cette affaire. Ces jeunes par le truchement du président de leur association, ont été auditionnés par la gendarmerie qui s’est saisie de cette affaire. Une autre arnaque des fossoyeurs du processus de paix qui a pour objet soit de justifier des financements reçus pour la gestion du dossier Casamance soit pour soutirer des fonds au Chef de l’Etat qui a fait de ce dossier une sur-priorité.

 
Du côté du maquis et du MFDC, on se veut clair, ces jeunes n’ont jamais fait le maquis.  Le MFDC demande d’ailleurs au gouvernement d’ouvrir une enquête sur cette affaire qui secoue la chronique au sud du pays. 


Mercredi 4 Février 2015 - 13:58



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter