Arouna Ndoffene Diouf, ministre-conseiller spécial du Chef de l'Etat : « Les actes posés pour la bonne gouvernance n’épargnent personne»



Arouna Ndoffene Diouf, ministre-conseiller spécial du Chef de l'Etat :  « Les actes posés pour la bonne gouvernance n’épargnent personne»

   
 « Dans sa vision, le président a la ferme volonté d’assainir les pouvoirs publics et de faire le monitoring de tout ce qui se passe dans les ministères de façon transparente », déclare Arouna Ndoffène Diouf, ministre conseiller spécial du président de la République. Pour le ministre conseiller, « le citoyen sénégalais commence à avoir une vision de la gestion du bien commun avec notamment les audits et la création d’une Cour de répression de l’enrichissement illicite ». « A partir de ces modèles qui orientent la bonne gestion sur des proportions convenables, nous pouvons dire qu’il y a des efforts qui sont en train de se faire, grâce à la volonté du président de la République », a souligné le Pr Diouf dans un entretien accordé au journal le soleil.
      A titre d’exemple, Arouna Ndoffène fait remarquer que des efforts ont été effectués dans l’éducation. « Nous avons trouvé une année qui était en train d’être perdue. L’Etat devait perdre plus de 300 milliards de FCfa en cas d’année blanche. On a sauvé l’année. Ces efforts sont en train d’être continués », explique-t-il, avant de demander au ministère de tutelle de s’ouvrir aux négociations avec les syndicats d’enseignants.
    Tirant le bilan de l’an I du régime de Macky Sall, Arouna Ndoffène a estimé que la première, la deuxième et la troisième année d’un régime nouveau ne constituent que des années d’ajustement. « En 12 ans, le régime a abusé des Institutions. Il a abusé de nos biens communs. C’est très difficile en un an qu’on puisse arriver à faire un bilan visible tout en essayant d’ajuster. La première année est une année d’ajustement, mais aussi de consolidation de ce que nous avons trouvé de bien », a-t-il dit. Le Pr Diouf a poursuivi : « il ne faut pas verser dans la démagogie pour dire qu’on a rien trouvé de bon. Le président de la République s’est penché sur la consolidation de tout ce que nous avons trouvé de bon. Le président a procédé à un assainissement des instances institutionnelles pour, à partir du programme « Yonou Yokouté », poser des axes qui, dans deux ou trois ans, seront visibles. Ces actes vont permettre l’émergence de l’économie sénégalaise”.
     Traçant des perspectives, Arouna Ndoffène Diouf a indiqué que dans les années à venir, les actes posés par le président de la République vont aller dans le sens de relever la qualité de vie des Sénégalais. « Nous avons un taux de chômage important. Le président veut redresser cette situation et l’orienter dans un sens qui sera dans l’intérêt de la population. Les Sénégalais peuvent attendre du gouvernement de nouveaux projets et la consolidation des acquis », souligne-t-il. Il avertit que les actes posés dans le domaine de la transparence n’épargnent personne. « Tout le monde est concerné. La Loi est appliquée à tous les Sénégalais. Ceux d’avant, ceux d’aujourd’hui et ceux de demain. C’est dans l’intérêt de la nation d’avoir une mentalité dans la gestion du bien commun. Il est évident que cela va stabiliser davantage les finances publiques », déclare-t-il. Et le Pr Diouf d’ajouter : « en assainissant les dépenses de l’Etat, nous avons réussi à avoir des économies dans les secteurs de la téléphonie, des agences, etc. Ces économies seront injectées dans d’autres secteurs qui manquent de ressources ».


 
 


Jeudi 28 Mars 2013 - 17:20



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter